Cérès Index du Forum
 
 
 
Cérès Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Dernier appel pour le vaste monde !

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Cérès Index du Forum -> Cérès -> Aquene -> Wapi
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Faler'nagh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 18 Avr - 12:20 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Le Lycan gris fit encore une fois le tour de la petite hutte pour vérifier qu'il ne lui manquait rien. Il avait déjà tout rangé dans son sac, il le savait, mais mieux valait être sûr. Il ne reviendrait sans doute pas dans le village avant un bon moment. Une fois certain - encore une fois - de tout avoir pris, le barde glissa son sac sur son dos et jeta un dernier regard sur la pièce presque vide. Il allait regretter le lit, ceci dit, bien plus confortable que les fourrures qu'il utilisait pour dormir à la belle étoile. Bah, il survivrait.
C'est donc le sourire aux babines qu'il sortit sous le chaud soleil de la matinée, s'étirant un brin et remettant son chapeau en place. Quelle magnifique journée ensoleillée ! L'heure approchait, il ne fallait surtout pas être en retard. Le loup partit d'un pas souple en direction du village, saluant les habitants sur son passage. Il s'arrêta quelques minutes pour troquer un sac de graines contre une de ses flûtes, et s'approcha de la place centrale du village. Il était encore un peu trop tôt pour qu'une foule se soit déjà amassée, mais certains villageois avaient visiblement décidé de terminer leurs corvées au plus vite pour venir assister tôt à l'événement.

Mais il manquait encore quelqu'un. Et il n'avait pas envie d'attendre aux yeux de tous comme si lui était à l'heure et les autres en retard, ni de rester planté là jusqu'à l'heure H.

Fang contourna le problème et la place puis se dirigea vers une hutte différente des autres, sombre et légèrement inquiétante. Le Conteur ne pouvait qu'applaudir l'effet à la fois dissuasif et intimidant de la décoration, intimant les visiteurs à la plus grande humilité. Bien évidemment, savoir qui vivait là gâchait un peu l'effet, mais le loup gardait cette pensée-là pour lui : en un sens, il avait l'impression d'avoir vu une facette de sa compatriote qui n'était pas sensée être vue, et s'en sentait assez honoré pour ne pas vouloir tout gâcher. Il n'aimait pas mettre des bâtons dans les pattes des gens sans raison.
Levant le museau vers le soleil, il vit ce dernier déjà haut dans le ciel. L'heure approchait, et pourtant aucune Lycane en vue. Bien. Il était donc temps pour le barde d'essayer son dernier stratagème en date.

Ouvrant la petite poche de cuir tout juste acquise, il saisit une petite poignée de graines et leva la patte, paume ouverte vers les nuages. Le loup resta ainsi quelques minutes, dédaignant les gloussements amusés des femmes qui l'apercevaient en passant et les petites moqueries des enfants. Il se sentit tout de même un peu bête, mais la bête était capricieuse et l'honorait de sa présence selon ses caprices. Enfin un bruissement d'ailes vint interrompre ses pensées, et changer les gloussements en petits cris de surprise ou d'émerveillement. Fang se permit un sourire satisfait en baissant le bras, tendant l'autre pour y accueillir avec classe son compagnon.
Qui décida de se poser sur son chapeau, provoquant de nouveaux rires, plus francs.


"Très bien, monseigneur des Plumes." lança le loup avec un petit sourire tandis que le hibou picorait les graines. "Maintenant que tu m'as remis à ma place et montré ton indépendance, est-ce que ça te dérangerait de me donner un coup de main ?
- Houhou ?" fit le rapace en pivotant sa tête sur place sans effort.

Le Conteur acquiesça d'un air entendu, sourd à la question muette de l'oiseau, et s'approcha furtivement de la hutte, ou plus précisément de l'une des fenêtres. Il leva la tête juste assez pour placer le hibou dans l'encadrement et ajouta d'un ton de conspirateur :

"Maintenant, entre là-dedans et assure-toi qu'on te voie, d'accord ?"

Fang poussa le volatile à travers la fenêtre et s'éloigna quelque peu, des hululements et des battements frénétiques d'ailes se faisant entendre de la hutte. Le barde sifflota en taillant une nouvelle branche creuse dans la forme grossière d'une flûte, faisant un peu le point sur son séjour à Wapi.
Il avait collecté un certain nombre d'anecdotes, certaines intéressantes, d'autres plutôt communes et sans intérêt, trié celles qui présentaient le plus de potentiel et écrit deux ou trois nouvelles chansons avec ces ingrédients. L'une d'elle avait plutôt bien marché, un soir qu'il l'avait essayée.
Il avait écouté les nouvelles de la région, donné celles du reste de Cérès, rassuré certains et confirmé d'autres quand au sort de leurs proches éloignés. La liste des victimes de l'Epidémie était, à son grand soulagement, beaucoup plus courte désormais, et Fang avait aussi noté la liste des victimes d'accidents, d'animaux sauvages ou autres.
Enfin, le Lycan avait également enquêté sur une poignée de "mystères" pour, comme toujours, les découvrir presque tous faux ou cruellement flous. Il gardait toujours le résultat pour lui-même, certaines anecdotes erronées prenant parfois de l'ampleur au fil du temps jusqu'à devenir utilisable, voire muer en légende. Il fallait bien cultiver les histoires, il reviendrait faire la récolte dans quelques mois.
Sans oublier - mais comment le pourrait-il - sa nouvelle mission aux proportions gigantesques. Y penser lui donnait parfois le tournis. Mais le Conteur ne pouvait s'empêcher de sentir son coeur gonflé de fierté et d'excitation depuis sa rencontre avec des êtres donc il n'avait même jamais soupçonné l'existence... et dont il soupçonnait désormais de voir parfois l'un des représentants au sein du petit village. N'y avait-il pas une Lycan brune dont la queue semblait être de taille variable ?
Ah, et bien sûr, il y avait sa Ballade du Flocon. Le barde allait travailler encore longtemps dessus, il le sentait, mais ça en vaudrait la peine.

Relevant le museau, il s'aperçut que ce n'était plus des bruissements d'ailes qui venaient de la hutte. Ricanant un brin, Fang rangea sa future flûte et se dirigea vers l'entrée.


"Est-ce que tout va bien, shamane ?" lança-t-il d'un ton guilleret. "Il semble y avoir du raffut chez vous. Je me permets d'entrer, pour vérifier."

Quelques minutes plus tard, le Lycan gris ressortait en poussant la louve blanche dehors, le hibou voletant juste au-dessus de leurs têtes.

"Pardonnez-moi d'être aussi peu protocolaire, shamane, mais un voyage n'attend pas. Il est presque l'heure d'aller sur la grand-place saluer le village, et aucun retard n'est autorisé quand il s'agit de parcourir les routes."

Mi'toko allait très certainement mal prendre la chose, mais Fang était bien trop heureux en ce jour pour s'en soucier. Il se sentait plein d'énergie et d'audace comme jamais, prêt à aller chercher l'Alpha et sa compagne dans leur lit s'il le fallait. Plaise à Farès qu'il n'aie pas à le faire, ou bien sa tête décorerait sans doute la hutte de Fan'her...

"Allons, shamane ! Le monde nous attend !" fit-il en riant avec bonheur. "Le soleil est déjà en pleine course, et vos amis s'impatientent sur la place !"

En un sens le barde se sentait redevenu jeune loup, facétieux, impatient et pas toujours aussi prudent qu'il le devrait. Quelle magnifique journée ensoleillée !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 18 Avr - 12:20 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mi'toko-chan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 3 516
Race: Hybride de Lycan
Genre: Femelle
Âge: 20 ans
Clan: Enfants de Cérès
Rôle: Shamane
Compagnon/Compagne: Décédé / Libre
Féminin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre
Feuilles de thé: 460

MessagePosté le: Dim 21 Avr - 22:36 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Affairée, le mot était faible. Mi'toko était plutôt... dépassée. Oh, ses paquets pour le départ ? Tous déjà prêts. Ce n'était pas le premier voyage qu'elle avait à entreprendre ou à prévoir. Le dernier ne datait pas d'il y avait si longtemps que ça. Elle savait parfaitement ce qui devait être pris et ce qui ne servirait qu'à encombrer. Heureusement, de ce côté-là, étant personne a toujours avoir eu la chance de posséder bien peu de choses, elle n'avait jamais été du genre à s'encombrer. Du moins... pas matériellement... Faire le tri dans ses sentiments était une toute autre affaire...

Elle contempla une dernière fois les deux sacs en cuir pas particulièrement imposants qui devaient constituer ses affaires de voyage et elle soupira. Le moment était bel et bien venu. Et c'était... encore plus difficile qu'elle ne l'aurait pensé... Laisser ses amis... sa famille derrière elle sans savoir quand elle serait de retour lui serrait littéralement le cœur... Elle avait encore passé la journée entière d'hier avec Spice et ces moments échangés avec sa meilleure amie avaient créé comme une déchirure en elle... et réveillé de vieux souvenirs... Elle savait pourtant la situation bien différente pourtant... c'était difficile de savoir qu'elle serait partie pour un temps bien plus long cette fois-ci...

Elle se leva et alla faire courir ses doigts sur un petit coffre en bois précieux magnifiquement ouvragé se trouvant sur l'une de ses étagères, se demandant si elle devait emmener certaines « autres choses » également. Dire qu'elle faisait traîner un peu les choses était un euphémisme. Mais elle avait besoin d'un peu de temps pour se sentir réellement émotionnellement prête au départ. Oui, elle savait que Winslaks et les autres comptaient sur elle... Passer le mot serait important là où eux ne pouvaient se permettre de le faire. Et épauler Fang dans sa tâche en veillant à l'aspect diplomatique et à faire preuve d'une bonne dose de prudence également. N'empêche... elle devait laisser derrière elle Spice, Ley'lec, Fan'her, Al'raïr et une meute entière... Sans compter « son » amoureux maintenant faussement transi qui lui avait fait bien de la peine en essayant de la convaincre de la laisser les accompagner dans ce périple...
Pauvre Kai'ser... Elle avait dû faire preuve d'autant de tact que possible, mais qu'il vienne n'était pas une bonne idée. Elle n'aurait pas les idées claires en sa présence qui avait plus tendance à la mettre pour le moment mal à l'aise qu'autre chose... Sans compte que... pour le moment, aucune affinité particulière n'avait réussi à voir le jour entre eux. Bon... d'accord... ça venait uniquement d'elle... Mais... partir, s'éloigner de lui lui permettrait peut-être au moins ça ? De faire le point sur les attentes de ce mâle et ce que cela pouvait représenter véritablement pour elle. Oui... le voyage servirait entre autre à ça...

Alors qu'elle allait ouvrir la petite boîte en bois en se répétant l'importance de la mission qui était la leur et qu'il était hors de question de décevoir ceux qui étaient en partie ses pairs, bien qu'elle ait pourtant fait le choix d'être plus Lycane qu'Élémentaire, dans un froissement d'ailes affolé un hibou fit irruption dans son logis.


« Mais qu'est-ce que... ? Hey ! »

L'animal complètement déboussolé était en train non seulement de semer plumes et hululements dans son sillage mais, dans son affolement, il bousculait tout sur son passage et renversa quelques unes de ses fioles et vasques alignées sur ses étagères. Plutôt que de le stresser davantage, Mi'toko serra les crocs en voyant ce massacre et prit sur elle en essayant de rester calmer en parlant cependant d'une voix claire et forte pour se faire entendre. Et sans lever les bras mais en cherchant plutôt à rabattre l'oiseau vers la fenêtre ouverte par laquelle il était entré.

« Du calme ! Je vais te faire sortir ! Mais arrête de voler dans tous les sens ! Ou on ne va jamais y arriver ! »

La pauvre shamane avait pourtant beau savoir y faire avec les bêtes, celle-là n'était pas du tout disposée à prendre le temps de s'en rendre compte... Elle dut donc se résoudre à se faire un peu plus violence, à contre-cœur et s'apprêta à user de ses talents très particuliers quand la porte s'ouvrit toute grande pour laisser un conteur goguenard s'engouffrer à l'intérieur sans même qu'elle n'ait eu le temps de répondre aux coups frappés à celle-ci. Si elle était déjà étonnée de le voir faire irruption chez elle de manière si inattendue, Mi'toko le fut davantage encore quand il entreprit de la pousser tout bonnement dehors. Et ce n'est pas très efficacement que la shamane essaya de protester.

« Fang ? Mais... et mes paquetages ? J'ai encore quelques affaires à empaqueter et... »

Elle eut tout juste le temps de jeter un œil au bazar et à ses affaires qu'il ne lui avait même pas laissé le temps de ramasser qu'elle était déjà dehors. Mais c'est à cet instant que quelque chose fit tilt dans son esprit. Un hibou ? À cette heure-ci de la journée et perdu en plein village ?... Elle freina à deux pattes et obligea le barde à s'arrêter avant de se retourner vers lui en fronçant les sourcils d'un air plus que suspicieux et... peut-être bien un poil mécontent.

« Mais j'y pense... ce hibou... il ressemble étrangement à celui qu'on voit régulièrement vous accompagner depuis des semaines... Fang... »

Oh le fourbe... Il avait envoyé son hibou pour trouver un prétexte pour la presser ?... C'était... franchement pas très sympathique... Mais, plutôt que de crier et faire une scène au conteur, ce qui n'était pas vraiment dans son caractère, Mi'toko le fixa droit dans les yeux où il put parfaitement lire le trouble et le chagrin qui gonflaient le cœur de la jeune femelle à l'approche de ce départ imminent derrière la factice déception et la faible contrariété en comparaison.

_________________
Revenir en haut
Faler'nagh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 26 Avr - 22:38 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Le Conteur leva les mains ouvertes en signe de paix, reculant d'un pas tout en souriant d'un air amusé. Le visage de la Lycane blanche était un patchwork d'émotions, certaines forcées, d'autres cachées timidement derrière. Tout cela risquait de lui devenir habituel une fois sur les routes, non que cela lui déplaise vraiment.

"Je crois que c'est plutôt moi qui l'accompagne depuis la nuit du Mating Day, en fait.
- Hou, fit le hibou depuis le chapeau du barde.
- Et avant que vous ne me fassiez culpabiliser - et à raison, sans doute - pour cette petite farce pourtant sans mauvaise pensée, j'aimerais vous montrer quelque chose. Vous pourrez me blâmer tout votre soûl après, je vous le promets."

Le Lycan pointa d'une patte la route conduisant à la grand-place, au centre du village. La foule s'était amassée, flaque noire piquée de couleurs et ondoyant doucement comme sous l'effet de la brise. En face, quelques silhouettes se regroupaient, venant seules ou par deux depuis les autres rues de Wapi. Fang tira un peu sur les pans de sa tunique pour la rajuster.

"Ah, shamane ! Je vous connais depuis peu, et pourtant je pense déjà comprendre votre raisonnement. J'ignore si vous avez souvent voyagé, c'est vrai, mais je pressens que c'est la première fois que vous préparez une telle expédition - aussi longue, aussi importante, aussi incertaine peut-être. Et je sais ce qui passe par la tête dans ces cas-là : peur, inquiétude, angoisse, excitation et empressement, envie de tout abandonner et de rester..."

En contrebas, l'une des silhouettes isolées s'approcha des villageois, sans doute pour leur parler. Les autres riaient et discutaient entre elles, tout comme la foule donc le fragile bourdonnement monta jusqu'à la petite hutte, porté par le vent. Les mots étaient incompréhensibles à cette distance, pourtant il y avait quelque trace de joie dans le murmure qui se devinait plus qu'il ne s'entendait. Le résultat était l'impression d'un spectacle sur le point de commencer devant un public curieux et déjà ravi.

"Je pense donc important pour vous de voir cela, avant que vous ne vous soyez définitivement résolue à partir. Il y a là-bas Fan'her et Spice, votre maître Al'raïr, mais aussi les villageois dont vous avez guéri les enfants, épaulé lors des coups durs, et résolu les petits et gros tracas de leur vie quotidienne. Vos patients, votre meute, et plus que tout, vos amis."

Les pattes dans le dos, Fang observa le village dont l'activité décroissait rapidement pour se concentrer en son centre. Le soleil continuait sa course céleste, s'approchant toujours plus de l'heure fatidique du départ. Il était évident que Mi'toko finirait par se maîtriser et venir faire ses adieux, la mission était trop importante pour que l'abandon soit envisageable. Mais cela resterait une obligation, une responsabilité qu'elle s'imposerait et qui reviendrait immanquablement la hanter sur les routes. Sans doute avait-elle déjà visité d'autres régions, mais elle jamais erré comme ils allaient le faire, il en était certain.

Le Lycan tourna la tête pour sourire à Mi'toko, un sourire plein de chaleur avec une pointe de malice enfantine. Il n'avait jamais même imaginé devoir un jour expliquer cela à qui que ce soit. Pourtant, il était confusément heureux de le faire pour la louve blanche.

"Il vous faut un esprit clair, apaisé et libre pour affronter la Route. Il vous faut ressentir du plaisir et de la curiosité, non des remords et de la morosité. Sinon, la Route vous avalera, vous mâchera, vous recrachera, et moi avec." Sa patte désigna à nouveau la petite place centrale. "Alors voyez à quel point vos amis vous aiment, pour être tous venus vous souhaiter bonne chance. Ce ne sont pas des adieux mais des au revoirs, débordants de la confiance dont vous aurez besoin un jour ou l'autre pour continuer à voyager."

Haussant très légèrement les épaules, le barde fit demi-tour pour observer la hutte de la shamane, son sourire disparaissant au profit d'un ton neutre de bon aloi. Il n'essayait pas de convaincre la Lycane - pas vraiment - mais bien de la préparer. Fut-elle déjà au fait des conditions de la Route, il lui semblait évident que la shamane nécessitait une petite piqure de rappel.

"Je voulais m'assurer que vous alliez prendre ce départ pour ce qu'il est : une promesse de revenir ici. Faites-en une source de joie et de bonheur, pas d'inquiétude et d'obligation." Le loup fit un geste en direction de la bâtisse. "Je vous laisse finir de vous préparer, shamane, il reste encore un peu de temps avant que nous devions aller saluer une dernière fois le village. Votre village."

Son sourire malicieux refit surface, lui donnant sans doute un petit air de jeune louveteau. Le rapace perché au-dessus de lui ne faisait qu'ajouter une touche d'absurde à la scène. Depuis leur rencontre fortuite au cœur des bois, Fang se demandait qui de lui ou de Hibou avait réellement apprivoisé l'autre. Sans doute pas mal des deux. Au moins, il pourrait discuter avec l'animal si la shaman décidait de le bouder - si tant était qu'on puisse parler de discussion quand la seule réponse du rapace se mesurait en "hous". Il espérait juste que la shamane ne le bouderait pas trop longtemps, et se joindrait à la discussion surréaliste mais étrangement très prenante.
Revenir en haut
Mi'toko-chan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 3 516
Race: Hybride de Lycan
Genre: Femelle
Âge: 20 ans
Clan: Enfants de Cérès
Rôle: Shamane
Compagnon/Compagne: Décédé / Libre
Féminin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre
Feuilles de thé: 460

MessagePosté le: Dim 28 Avr - 17:51 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Et culotté avec ça ! Il ne lui avait laissé aucune chance de répliquer. Tirée et traînée par le barde, elle voulut d'abord le contredire :

« Mais je n'ai jamais eu l'intention de... »

Et c'était vrai, le culpabiliser de quoi ? Ça aurait été difficile sans avoir exactement pourquoi il avait fait ça. Ce qu'elle aurait bien aimé savoir... Mais il lui donna rapidement en partie l'explication de ce qui avait amené un hibou et un Lycan à s'allier pour forcer une shamane à sortir de chez elle. Elle écouta, sceptique d'abord, parce qu'il lui tenait un discours bien sûr de lui. Et d'ailleurs, elle n'était pas spécialement réceptive, parce qu'il n'avait qu'à moitié raison, et encore. Et il se trompait complètement sur un point, ce n'était pas la première fois qu'elle aurait à errer sur les routes pendant si longtemps. Elle avait connu plus long, et pire. À vrai dire, elle ne s'était réellement arrêtée quelque part que deux fois dans sa vie. Et... c'était justement pour cela qu'elle avait peur de reprendre la route... et de laisser derrière elle un paysage qui ne resterait certainement pas figé à l'attendre... Elle se souvenait parfaitement la dernière fois qu'elle avait eu à faire ça... Et aujourd'hui, elle avait au moins autant, voire plus à perdre que la fois précédente... C'était ça qui l'effrayait... Ça qui lui tordait les tripes et rendait sa décision plus difficile à prendre qu'elle ne l'aurait souhaité... Oh oui, sur la forme, il avait raison, elle était bien angoissée et réticente à l'idée de partir, mais, ce qu'elle savait aussi c'était qu'elle ne pouvait pas passer sa vie à faire du surplace. Et puis, avait-elle vraiment le choix de toute façon ?

Non, il ne lui apprenait vraiment rien. Et le conteur avait beau être touchant avec toute sa sollicitude et les efforts qu'il mettait en œuvre pour tenter de changer l'état d'esprit de la jeune femelle mais, qu'il ne s'inquiète pas, elle ne comptait pas lui rendre le voyage désagréable. Et elle aurait bien aimé qu'il évite de mettre sa demeure sans-dessus-dessous pour s'assurer du contraire... Mi'toko soupira donc, et sourit pour reconnaître son effort en retour à ce conteur qui n'avait définitivement aucune idée de ce qui la tourmentait réellement. Et c'était sûrement bien mieux ainsi.


« C'est gentil Fang. Mais je sais déjà tout cela. »

“Vois le monde tel que je le vois et tout ira mieux tu verras.” Oui et non. Il y avait des craintes qui demeuraient inconsciemment, malgré nous. Mais elle ne lui en voulait pas de ne pas comprendre. Sans lumière, il ne risquait pas d'aller bien loin dans le noir. C'était amusant d'ailleurs qu'il pense avec tant de conviction être porteur de flambeau. Mais en un sens... c'était bien normal qu'il ne vive pas la situation de la même façon qu'elle de toute façon. Il n'avait plus que la route pour l'accueillir... Un peu attristée à cette pensée, Mi'toko estima qu'elle avait sûrement suffisamment pris de temps pour mettre ses idées en place. Quoiqu'il arrive, elle ne s'ôterait ses appréhensions du cœur que le jour où elle remettrait les pattes ici alors... Elle tourna les talons, sans un mot, et rentra à sa hutte. Elle ordonna ce qui avait été dérangé, elle ouvrit cette fichue boîte et fourra son contenu dans l'une de ses besaces avant de glisser ses paquetages sur ses épaules et de ressortir pour retrouver le conteur.

« Voilà. Navrée, ça a pris plus de temps que prévu, j'ai dû... ranger... Enfin, je pense que c'est bon maintenant. Allons-y. »

Après un petit sourire d'excuse, qui s'étira en coin pour appuyer avec une gentille ironie sa remarque accusatrice, la Lycane blanche prit la direction du centre du village après avoir pris une profonde inspiration et expiré longuement. Mais, alors qu'elle se mit en marche courageusement, elle se tourna vers Fang.

« Je ne sais pas si les au revoir sont vraiment votre truc alors... si vous ne vouliez pas m'accompagner, je comprendrais très bien. »

Il n'y avait rien de sous-entendus là-dedans. Rien qui ne ressemble à une attente non plus dans les yeux bleu océan de la jeune femelle. Son visage exprimait simplement une sincère compréhension. Après tout, le conteur n'était pas d'ici, et il avait parfaitement le droit de ne pas apprécier ce genre de moments riches en émotion, rien ne l'obligeait donc à se joindre à elle pour saluer la meute avant de partir. Si bien entendu il avait eu la politesse de saluer et remercier Spice et Fan'her pour leur hospitalité avant de partir...
Enfin, cela ne regardait que lui. Elle attendit donc sa réponse, appréhendant déjà le moment à venir même si elle cherchait à ne pas le montrer.

_________________
Revenir en haut
Faler'nagh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 12 Mai - 17:58 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Le Lycan regarda sa compatriote retourner chez elle, se sentant légèrement coupable, légèrement présomptueux, et surtout légèrement imbécile. Ah, voilà ce qu'on gagnait à se laisser aller à l'excitation du départ. Haussant les épaules, il prit une petite poignée de graines que son volatile se mit à lui picorer dans la patte. Certes, il n'avait pas agi avec beaucoup de maturité et s'était visiblement laisser emporter par des suppositions infondées... mais il tâchait de se rassurer en se persuadant qu'il avait, au moins partiellement, aidé la shamane à se concentrer sur l'essentiel.
L'autre possibilité - qu'il aie au contraire contribué à déstabiliser la louve blanche -, il préférait ne pas trop y penser. Rester positif, curieux et enjoué, était après tout la meilleure méthode qu'il connaissait pour affronter la Route.

C'est en taillant l'une de ses innombrables flûtes qu'il patienta donc jusqu'au retour de Mi'toko, qui l'un dans l'autre avait plutôt bien pris sa facétie. Sans doute s'était-il attendu à une réaction un peu plus poussée, mais il n'allait pas non plus se plaindre de ne pas avoir été grondé. Il parvint même à cacher l'essentiel de sa surprise lorsque sa compagne de voyage s'en revint avec son barda, s'excusant d'un retard imaginaire pour cause d'un rangement dont il était après tout la cause. Etait-ce vraiment la même lycane que celle qui s'était tenue au milieu de cette clairière étroite, tremblant plus fort qu'une feuille secouée par le vent ?

Il s'inclina profondément, l'invitant d'un sourire malicieux à le précéder sur le chemin vers a grand-place, le hibou s'envolant dans de larges cercles au-dessus d'eux. Puis Fang lui emboîta le pas, se décalant sous le brusque regard de la louve.


"Eh bien, je ne suis certes pas un membre éminent de cette petite communauté et mon comportement n'est pas toujours exemplaire, mais fort heureusement je n'en suis pas encore au point de m'enfuir comme un voleur. Je resterai un peu en retrait - autant que ce tas de plumes me le permette" fit-il en pointant le rapace du doigt "et le moment venu je dirai à tous combien j'ai apprécié leur accueil et leur amabilité à mon égard."

Ce qui était vrai. Plus d'un village n'acceptait d'héberger le Lycan pour une ou deux nuits uniquement pour avoir quelques nouvelles, avant de le renvoyer sans ménagement sur la route. Les errants n'étaient pas toujours bien vu dans certaines régions.
Tandis que, comme toujours, Wapi lui avait été une étape accueillante et riche en expériences - bien plus riche qu'il n'aurait même osé imaginer. Les gens avaient apprécié ses histoires et partagé les leurs ; la moindre des choses était de les en remercier.

Il suivit donc la shamane en jouant de son dernier fifre, retaillant ça et là pour l'accorder correctement. La grand-place était pleine de monde désormais, la quasi-totalité du village s'étant sans doute réunie pour l'occasion. Ce n'était pas étonnant d'ailleurs : une shamane qui quittait son village, voilà qui était des plus inhabituel. Enfin, il en restait encore un...
Fang jeta un oeil du côté d'Al'Raïr, le cherchant auprès de Fan'her et de sa chère et tendre. C'était un beau couple pour le moins, et une belle nouvelle à colporter. L'hybridation, quoique toujours mal perçue, semblait tout de même avoir la cote ces derniers temps.

Enfin, la séance d'adieux commença. S'installant un peu en retrait, le hibou décidant sur un coup de tête de se percher sur l'épaule du conteur, Fang suivit la chose avec calme, préférant éviter de travailler à ses flûtes comme il le faisait d'ordinaire. Cela lui semblait déplacé et un brin irrespectueux, et une facétie mesquine lui suffisait pour le moment. Tout ce qu'il avait à faire était d'attendre son tour pour remercier les Enfants de Cérès, puis partir avec la shamane.
Revenir en haut
Mi'toko-chan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 3 516
Race: Hybride de Lycan
Genre: Femelle
Âge: 20 ans
Clan: Enfants de Cérès
Rôle: Shamane
Compagnon/Compagne: Décédé / Libre
Féminin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre
Feuilles de thé: 460

MessagePosté le: Mar 14 Mai - 15:01 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Et une jolie bévue à ajouter à son palmarès... La réponse du conteur avait beau ne pas être chargée de reproches, elle cingla aux oreilles de la shamane qui estima avoir été peut-être indélicate dans la manière dont elle avait laissé entendre à Fang qu'il n'était pas forcé de l'accompagner à la cérémonie... et c'est passablement gênée qu'elle lui répondit :

« Oh, toutes mes excuses... je n'ai jamais voulu sous-entendre que vous pourriez vous enfuir de la sorte ou penser que vous puissiez agir avec autant d'ingratitude de... ah... Ce n'est vraiment pas ce que je voulais dire... »

Ma fille, mieux valait te taire, car là, tu ne faisais que t'enfoncer davantage...
Heureusement pour Mi'toko, Fang semblait toujours aussi pressé et obnubilé par l'approche de leur départ. Ainsi donc, il s'était déjà remis en route vers la place centrale du village et elle put souffler discrètement de soulagement de savoir cette affaire close avant de le suivre. Cependant, avant qu'ils ne se séparent, car oui, il n'avait pas non plus dit qu'il la suivrait pour se retrouver avec elle au centre de toutes ces attentions dont elle devrait faire l'objet et du cérémonial qui s'en suivrait, même s'il l'aurait pu, étant au même titre qu'elle sur le point de faire ce voyage que Fan'her avait annoncé être d'une importance capitale à la meute entière, il y avait une dernière chose qui lui taraudait l'esprit et lui picotait la langue. Si bien qu'elle n'arriva pas à le garder pour elle plus longtemps.


« Hum... Juste une dernière chose à laquelle je pensais avant qu'on arrive là-bas... Vous savez qu'un hibou ne se nourrit pas de graines ?... Je suis déjà étonnée de voir que celui-là accepte d'en picorer... Enfin... peut-être bien qu'il aime ça après tout... »

Une remarque en l'air. Rien de bien important. Mais c'était tout de même très curieux de voir un hibou picorer des graines alors qu'il était un prédateur avant tout, au même titre que la majorité des Lycans de cette meute... Enfin, ils étaient arrivés à la place centrale du village où le clan presque au complet s'était déjà massé. La vue de tout ce monde enserra la gorge à Mi'toko qui parvint malgré tout à souffler à voix basse, après avoir avalé sa salive avec difficulté :

« Nous y voici... »

Des paroles soufflées en l'air pour elle-même au final. Puisque le barde avait déjà filé pour habilement éviter la foule et prendre place non loin des figures importantes de la meute, sans pour autant donner le sentiment de se tenir réellement à leurs côtés comme un ami. Il aurait même pu paraître un peu en... retrait de ceux-ci... ce qui paraissait assurément assez étrange. C'est à cet instant que Mi'toko remarqua qu'elle avait la main gauche grande ouverte, comme si elle attendait que quelqu'un la lui prenne. Elle observa sa main vide un court instant, sceptique, avant de la refermer bien vite en serrant son poing contre sa cuisse. Un vieux réflexe complètement stupide... Qui espérait-elle la saisir ?... Tout ceux qui auraient pu le faire ne seraient pas à ses côtés pour la soutenir dans ce périple, ou ne pouvaient plus l'être... Oui, stupide.

Elle expira avec force et releva la tête en réajustant ses paquetages sur son épaule droite dont elle tint les bandoulières de cuir fermement à deux mains. Courage. Elle se mit alors à marcher vers la foule et on s'écarta pour la laisser pénétrer au cœur du cercle à l'autre bout duquel Fan'her, Spice, Al'raïr et la doyenne du clan au poil plus que grisonnant, l'attendait. Petit temps d'arrêt, nouvelle inspiration, et elle s'avança. Le son de tambours et de flûte de pan commencèrent alors à s'élever dans les airs en une mélodie enjouée bien que solennelle qui lui enserra davantage encore les entrailles. Une fois arrivée à quelques pas du couple d'alphas, du shaman légitime et de la doyenne, Mi'toko courba l'échine pour les saluer et laissa Fan'her prendre la parole. Mais celui-ci demeura silencieux et attendit que Mi'toko relève les yeux vers lui pour lui adresser un regard grandiloquent qui n'avait rien de cérémonieux.



« Oh bon sang, laissons un peu tomber le côté cérémoniel, vous voulez bien ?... Toi... toi toi toi... Pourquoi est-ce qu'il faut toujours que tu ailles te fourrer dans des histoires pas possibles qui te forcent à t'éloigner de nous ?...

- Fan'her... »

L'alpha secoua la tête en soupirant tandis qu'Al'raïr lui adressait un regard empli de reproches. C'était le monde à l'envers. Et cela mit Mi'toko d'autant plus mal à l'aise... Elle savait bien que ce n'était pas facile pour eux... Et Fan'her ne faisait que le confirmer plus encore...
Désireux de ne pas laisser le malaise grandir entre eux, Al'raïr prit aussitôt la parole.



« Nous sommes tous réunis ici pour te souhaiter bonne route petite soeur. Et adresser nos prières aux dieux afin qu'ils vous accompagnent et veillent sur vous durant ce long voyage qui sera le votre à toi et au conteur du nom de Fang qui se tiendra à tes côtés. Puissent Cérès et Farès veiller sur vous. »

Ce à quoi Fan'her ainsi que la doyenne acquiescèrent, tandis qu'Al'raïr jetait un regard perçant dans la direction du conteur. Puis, après une brève hésitation de l'alpha, Al'raïr, Spice et lui levèrent tous ensemble une patte vers les cieux, paume tournée vers le ciel dans un geste à la fois de demande et d'offrande. Les cris fusèrent dans la foule et tous glapirent et hurlèrent le cou tendu vers le ciel.

La cacophonie ambiante déchira la shamane en-dedans bien que tous ici lui souhaitaient bonne chance, bon voyage et de leur revenir au plus vite. Et ne pas pleurer devint extrêmement difficile... Alors elle serra les crocs, en silence. Jusqu'à ce que les hurlements se taisent et que les instruments ne reprennent le dessus. Mais quand ce fut le cas, elle avait les larmes aux bords des yeux. Et elle n'osait regarder en face ni Fan'her, ni Al'raïr, ni Tana'ka, et encore moins Spice. Elle avait tellement le sentiment de les abandonner... Même s'ils savaient combien sa mission était importante. Même s'ils n'avaient aucune raison de lui en vouloir...

_________________


Dernière édition par Mi'toko-chan le Dim 19 Mai - 15:52 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Spice Liberty
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 1 068
Race: Zorro
Genre: Femelle
Âge: 19 ans
Clan: Les Enfants de Cérès
Rôle: Entremetteuse
Compagnon/Compagne: Fan'her d'amour :lov
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval
Feuilles de thé: 147

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 21:12 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Drôle journée.
Elle savait que ce genre de chose pouvait arriver, elle le savait. Mais de là à imaginer que Mi’toko pourrait partir avec un mâle explorer le monde… Elle avait un peu de mal. Remarque, ce n’était pas une mauvaise chose, elle était investie d’une mission. C’était important et loin d’être égoïste. C’était plutôt la zorro qui l’était. A vrai dire, Mi’toko était comme sa petite protégée, celle qu’elle considérait comme sa propre sœur. Elle ne pouvait s’imaginer vivre loin d’elle. Alors elle espéra secrètement que le voyage ne dure pas trop longtemps. Parce que sans elle, ça allait être dur de supporter les provocations quotidiennes de certaines... Mais bon, elle y arriverait, pour elle, pour Mi’toko et pour Fan’her. Avec un peu de chance, elle pourrait même croiser l’amour en chemin ! Qui sait ? En tout cas c’était ce qu’elle voulait pour son amie. Pas franchement convaincue, la zorro se remua tout de même pour enfiler ses plus beaux habits afin de faire honneur à sa meute et a Mi’toko. Une longue robe marron qui rendait grâce à la beauté de Spice. Simple, naturelle. Dans une petite mine abattue, la zorro partit alors rejoindre Fan’her pour dire au revoir à un être chère.

~

Drôle journée.
Spice n’était pas réellement contente d’être-là. Et pour cause, la présence de la doyenne l’insupportait au plus haut point. Même Al’rair avait l’air plus sympa à côté… C’est aussi pour ça qu’elle avait fait un effort pour enfiler sa plus belle robe pour faire plus « femelle de L’alpha ». D’ailleurs, elle était déjà au bras de Fan’her en lui témoignant de temps à autre son amour. Et peu importe si cela ne plaisait pas, elle en avait marre en ce moment. Marre de se priver pour pas grand-chose. Oui, Spice était de mauvaise humeur, bien qu’elle ne laissa rien transparaitre derrière son sourire poli. Seuls ceux qui la connaissaient vraiment pourrait reconnaître la tricherie. Lorsqu’elle vit alors Mi’toko arriver, son cœur se mit à battre plus fort et si elle n’avait pas été dans les bras de Fan’her, elle aurait sauté au cou de sa sœurette. Fan’her fut le premier à prendre la parole et… ce n’était pas de la bonne façon, Spice le fit alors savoir à son mâle en lui donnant une petite tape sur la main dans un regard réprobateur. Elle était déjà suffisamment stressée comme ça, pas besoin de la faire culpabiliser en plus... Tout ce dont elle avait besoin, c’était des encouragements et beaucoup de tendresse. En tout cas la zorro ne se priva pas en quittant le bras de son mâle pour aller enlacer Mi’toko de toute ses forces dans ses bras pour lui apporter toute sa force et son soutien ! En lui murmurant à l’oreille :

« Je crois en toi. Je sais que tu en es capable. Profite bien de ton voyage pour apprendre plein de chose nouvelles et reviens encore plus grande que tu ne l’es maintenant ! I miss you my best friend, i love you. Prends soin de toi et… profites-en pour draguer un peu ? »

Elle se mit alors à rire doucement en brisant le câlin avant de la regarder dans les yeux. Elle détâcha alors son collier qu’elle portait autour de son cou avant de le mettre à son amie. C’était un collier fait de petites azurites polies et brillantes que Spice adorait. Elle reprit donc la parole :

« Comme ça, je serais toujours un peu plus avec toi quoi qu’il arrive. »

Oui, c’était peut-être un peu déplacé, mais elle s’en fichait éperdument ce qui était bon où mauvais. Elle, elle voulait être authentique, peu importe le moment. Elle quitta cependant Mi’toko pour rejoindre Fan’her quand même.
_________________

Merci Mi'toko pour ce set ! <3
Thème de Spice
Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
Faler'nagh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Mai - 21:16 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Un peu à gauche du petit groupe que composaient les notables du village se tenait Fang, juste assez en retrait pour éviter d'interférer dans les adieux. La remarque de la shamane lui tournait dans la tête, d'autant plus irritante que le moment était mal choisi. Bah ! Il les avait mangées, ces graines, non ? Donc voilà.
Dire que la Lycane blanche était nerveuse serait un doux euphémisme. La pauvre serrait et desserrait le poing tandis qu'elle se présentait à son alpha dans les règles de l'art et le respect des traditions, quoiqu'un peu silencieusement. Les paroles de Fan'her, en revanche, firent s'écrouler d'un coup toute la décoration cérémonieuse et détruisirent la solennité mystique de l'instant. Le conteur aurait bien rit, mais cela ne se faisait pas.
Il s'agita un peu, mal à l'aise. Son cou le picotait d'une manière atrocement indolore. Sa patte se plaqua sur sa fourrure et frotta un peu, atténuant la sensation. Il n'avait tout de même pas attrapé des puces ?

Après un petit rappel au protocole de ce bon vieux Al', sur qui on pouvait toujours compter pour casser l'ambiance, la cérémonie reprit un peu de sa solennité. Prier les dieux... oui, mais lesquels ? Cérès et Farès, qui guidaient le monde depuis toujours ? Ou bien les Elémentaires qui le dirigeaient dans l'ombre ? La question était intéressante, essentielle, et, s'aperçut Fang, terrifiante...
Bien sûr, il avait remué toute l'affaire encore et encore dans son esprit, depuis cette incroyable réunion. Pourtant, il fut prit de vertige en comprenant soudain l'ampleur de l'abîme qu'il s'était efforcé de scruter depuis le bord. Sans crier gare, sans tapage, sans hésitation, son optimiste à tout épreuve se retrouvait, là, maintenant, en bout de course. Sa stupide bonne humeur avait tout simplement disparu, laissant la réalité le rattraper : un rebut de loup, un affront à tous les Lycans, prétendait répandre la bonne parole : vos vies sont basées sur des mensonges, venez et sentez votre âme s'écrouler irrémédiablement, se disloquer dans les affres du doute et de la folie. Croyez-moi, je suis un loup vagabond, sans clan et sans maison. Un conteur qui, dans son arrogance mesquine, se croyait le protagoniste de sa propre légende.
Peut-être observait-il en fait l'abîme pendant qu'il y chutait allègrement.

Fang inspira une grande goulée d'air chaud, le souffle court, sa fourrure hérissée et moite de terreur. Son regard affolé se posa autour de lui comme un papillon prit de frénésie. Le village, les shamans, les alphas, l'ancienne... la vie. La vie réelle. Celle qui faisait mal, celle qui faisait sourire, celle qui faisait de son mieux.
Concentres-toi là-dessus, triple buse ! Ne cède pas à la panique ! Tu n'as rien à perdre, donc rien à craindre !
Sauf que c'était un autre de ses mensonges. Il tenait à la vie, sans quoi il aurait cessé de respirer depuis longtemps. Et désormais, qui que soit le meneur du voyage, il avait également la responsabilité de la shamane. Un compagnon n'abandonne pas ses partenaires, ce serait à la fois lâche et stupide car ce genre de choses se sait vite et reste gravé dans les mémoires bien plus longtemps que n'importe quelle bonne action. Peut-être était-il le boulet au pied de Mi'toko, peut-être était-ce elle ; l'important était la chaîne qui les reliait désormais. Et sa nuque le piquait toujours.
sa patte alla frotter à nouveau, ramenant un minuscule objet rond, marron clair et un peu humide. Une graine. Et sa nuque le picota à nouveau. Il se retourna à moitié, jetant un coup d'oeil derrière lui : les hiboux ne mangeaient pas de graines... mais aussi absurde que ce soit, ils pouvaient les cracher du haut d'une branche. Maugréant dans sa barbe, le conteur se concentra sur la scène d'adieux, s'efforçant d'ignorer les picotis.

Le regard acéré d'Al'raïr le cloua sur place, et Fang eut juste le temps d'afficher un sourire aussi large que nerveux. Vraiment très large. Pas question de faire mauvaise figure cette fois, il ne fallait pas gâcher ce moment. Mais s'il recevait une seule graine de plus, il ne répondait plus de rien.
Ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'il sentit des graines le frapper à la nuque en tir groupé. Ses babines se retroussèrent, la colère et la frustration montèrent en lui et il leva les poings et la gueule vers les nuages en marmonnant :


"Ce soir tu finiras à la broche, fichu volatile !"

Ce qui le sauva d'une disgrâce aussi honteuse que douloureuse fut que ce même instant fut choisi par le clan pour pousser un long et puissant hurlement, bras tendus vers les cieux, noyant ses paroles et ses gestes dans la masse. Fang saisit d'instinct l'occasion et fit semblant d'hurler lui aussi, priant pour ne pas avoir été surpris et oubliant temporairement l'épineuse question du destinataire de la prière.
Les hurlements s'apaisèrent enfin, et Fang avec eux. Bon sang, il n'était qu'une boule de nerfs sans la moindre étincelle de réflexion depuis son arrivée chez les Enfants de Cérès.
Pas tout à fait, lui souffla une petite voix. Depuis que tu as croisé...
Le Lycan leva les yeux sur Spice et Mi'toko dans les bras l'une de l'autre. Un collier changea de cou, telle une nouvelle chaîne ajoutée à la shamane pour la lier à quelqu'un d'autre. Mais le conteur devinait que cette chaîne-là était en place depuis déjà bien longtemps. L'espace d'un instant, il lui sembla voir les innombrables chaînes qui reliaient la jeune louve au reste du village : elles étaient visibles à travers les yeux embués de larmes, les piétinements nerveux, les sanglots retenus, les regards admiratifs.
Et dire qu'il avait prétendu le lui rappeler ! Autant de chaînes, plus ou moins épaisses mais toujours là, ne pouvaient pas être toutes ignorées. Sans doute était-il vraiment le boulet de l'équipe, finalement.

La Zorro reprit sa place aux côtés de son compagnon, irradiait toujours ce bonheur malicieux que Fang lui avait vu tout au long de son séjour. Cela forçait l'admiration, une femme soumise à autant de pressions de toutes parts, risquant de subir la haine et le dégoût de tout Cérès, et restant déterminée à être heureuse. On ne pouvait que s'incliner.
Ce qu'il fit. Comment était-il arrivé là, devant le village et les personnalités éminentes ? Que faisait-il auprès de la shamane ? Il la sentait trembler légèrement ; sentait, à travers son bras malencontreusement pressé contre celui de la louve tandis qu'il continuait d'avancer et la dépassa. Bon, à en juger par l'air parfaitement calme et attentif de tout le monde, il n'avait pas foncé soudainement ni manqué à l'étiquette. C'était une consolation, au moins une chose qu'il aurait fait correctement chez les Enfants. Il s'éclaircit la gorge. L'heure d'entrer en scène !


"Je ne serai pas long." commença-t-il, conscient que quiconque prononçait ces mots était condamné à traîner en longueur. "J'ai passé un certain temps dans ce magnifique village, sous la bienveillance de ses Alphas..." Il désigna Fan'her et Spice. "... de ses sages..." Il engloba Tana'ka, Al'raïr et bien sûr Mi'toko. "... et de ses chaleureux habitants." Il sourit largement aux villageois, sincèrement.

Puis ce fut le trou. Jamais cela ne lui était arrivé, jamais. Il avait toujours quelque chose à balbutier, mais là, rien. Perdus dans la foule, il cru apercevoir Nata'ni, la chasseuse avec qui il avait été si indélicat. Il se remémora les excuses qu'il lui avait présentées, platement, sans en rajouter, accompagnées de quelques fleurs des champs dont il avait veillé à ce qu'elles n'aient aucune signification douteuse. Sa réaction avait été... intéressante. Mais après tout, toute l'affaire l'avait amené à réfléchir longuement.
Les soirées passées à chanter et danser avec les habitants défilèrent dans sa tête, les chansons presque improvisées, les histoires où il s'était senti inspiré comme jamais, les louveteaux cachés derrière leur chaise, leur poupée ou leur grande sœur mais réclamant la suite... les chasseurs qui l'avaient escorté près d'une cascade réputée hantée, et qui avaient affronté un gigantesque sanglier agressif et vorace... les vieux échangeant leurs commérages avec lui, tapant de leur canne sur le sol quand un gamin courrait un peu trop vite devant eux...
Tout cela et plus, bien plus, en si peu de temps. Des choses courantes, communes dans certaines de ses étapes, pourtant différentes cette fois-ci. Il en avait la gorge serrée et les larmes aux yeux. Sa gueule s'ouvrit, se referma, s'ouvrit encore.


"Merci. Merci à tous. Vous êtes... merci."

Fang s'inclina puis se tourna vers Fan'her et sa suite. Allait-il se montrer aussi peu brillant qu'avec le village ? C'était bien parti pour.

"Je n'oublierai pas votre hospitalité. Il n'arrivera rien à Mi'toko, j'y veillerai. Vous avez la parole du Conteur."

Son bras droit se mit en branle tout seul. Arrêtes-toi, imbécile. Son poing se ferma, se pressa fermement sur la gauche de sa poitrine. Ca suffit, arrêtes ! Puis il passa à droite, où il se pressa à nouveau. Stop ! Pas ça ! Par Farès, Cérès et tous les Elémentaires que tu veux, stop ! C'est trop ! Sa patte fermée monta à son front, ouvrant à moitié deux doigts dont les jointures touchèrent son front.

Il ne se passa rien, bien entendu. Le barde était respectueusement incliné devant Fan'her, Al'raïr, Spice et Tana'ka, le poing au front dans son étrange salut. Tout allait bien sur le plan physique, il n'y avait rien de bizarre.
Mais dans sa tête, tout tourneboulait follement. Il n'avait pas le droit ! Pas le droit de faire ça, pas le droit de même s'en souvenir ! C'était tabou, c'était une clé dont la porte devait rester fermée à tout jamais. Une légende horrible, sans héros, sans aventures, sans morale, une hérésie bardique, une monstruosité mythique. Ces fantômes-ci avaient droit à la paix, à un sommeil que même Fang, que surtout Fang, n'avait pas le droit d'interrompre. Ca aussi, il l'avait juré. Il se l'était juré.

Fang tremblait. Inutile de le ressentir, il savait qu'il tremblait. Pas dans sa chair, non, mais dans son âme, cette petite âme mesquine et brisée qui lui tenait lieu de conscience. Il était trop tard, c'était fait. Un tel geste dans ces circonstances officielles et publiques, rien ne pouvait le retirer. Mais personne n'y ferait attention, bien entendu - ce serait juste une nouvelle facétie du Conteur.
Dont, pour la première fois depuis ce qui lui semblait une éternité, le cœur était taché d'argent.

Sur son épaule gauche, le hibou vint se poser majestueusement.
Revenir en haut
Mi'toko-chan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 3 516
Race: Hybride de Lycan
Genre: Femelle
Âge: 20 ans
Clan: Enfants de Cérès
Rôle: Shamane
Compagnon/Compagne: Décédé / Libre
Féminin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre
Feuilles de thé: 460

MessagePosté le: Mer 22 Mai - 13:47 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Quand son amie vint l'enlacer, Mi'toko releva la tête et fut frappée d'une brève seconde de stupeur troublée avant de poser le menton sur l'épaule de celle-ci et de l'étreindre chaleureusement avec beaucoup de reconnaissance.

Oh Spice, rien, rien ne pourrait jamais te faire douter n'est-ce pas ? Une amitié comme celle-là ne pouvait être brisée et tu en étais convaincue. Ta conviction, c'était bien ce qui réchauffait le cœur et allégeait l'âme de ce poids pesant que constituaient les remords. Et pour ça, on ne pouvait que t'être profondément reconnaissant.

Mi'toko fut tellement émue et soulagée à la fois qu'elle ne put retenir la larme ronde et translucide qui roula discrètement sur la fourrure couvrant sa joue droite alors qu'un rire spontané éclata joyeusement au fond de sa gorge en réponse à celui un brin taquin de la Zorro. Spice restait Spice, et c'était très bien ainsi. Alors, elle lui souffla à l'oreille avant que sa rousse amie ne relâche son étreinte :


« Merci Spice... »

Elle n'eut pas le temps d'en ajouter davantage. C'est avec étonnement qu'elle vit son amie passer les mains autour de son cou pour y nouer quelque chose. Quand ce fut fait, elle saisit délicatement entre deux doigts une des pierres bleutés qui constituait le collier et la caressa de son pouce. La surface polie était douce et agréable. Elle rappelait le caractère de Spice. C'était un cadeau... magnifique... Et si elle n'avait pas eu la gorge nouée et les membres légèrement tremblants, sûrement qu'elle aurait serré à nouveau son amie dans ses bras. Mais, après une nouvelle larme vite chassée du revers de la main, Mi'toko leva son poignet droit où un petit bracelet de cuir était noué.

« Je ne comptais pas partir sans un peu de toi pour m'accompagner de toute façon... »

Puis Spice reprit place aux côtés de Fan'her et les deux amies échangèrent alors encore quelques mots en silence, leurs regards en disaient suffisamment long, et celui de Mi'toko était empli de mercis et de promesses. Promesses qu'elle espérait de tout cœur pouvoir tenir...

C'est à cet instant, quand elle était de nouveau turlupinée par les doutes et les appréhensions qu'elle sentit cette épaule effleurer la sienne, se presser quelques secondes à peine puis s'arracher tout aussi vite à elle. Ce contact la laissa perplexe, et elle se rendit compte que le barde venait de s'avancer au-devant de la meute massée dans son dos. Intriguée, elle fit volte-face et le vit qui s'apprêtait à se lancer dans un discours de remerciements assez maladroit. Étrange, ça ne lui ressemblait pas vraiment... Ou plutôt... ça lui ressemblait sans vraiment lui ressembler... Parce que les regards et les oreilles étaient bien toutes tournées vers le conteur, mais... le conteur semblait manquer de présence... comme.... un novice pas à l'aise dans son rôle... Ce que Mi'toko trouva d'autant plus curieux. Un moment, elle voulut même l'empêcher d'aller plus loin et voulut le couper dans sa tentative pour s'extirper du sac de nœuds dans lequel il s'était lui-même jeté pour l'aider à ne pas perdre la face mais... là encore il la devança d'une bien drôle de façon.

Interloquée, la Lycane ne sut quoi dire ou comment réagir et se borna à afficher un sourire crispé. Bon sang mais qu'est-ce qui lui avait pris ?... C'était quasi comme un serment qu'il venait de prononcer et il n'avait jamais été question qu'il se leste d'une promesse pareille... ou du poids d'une telle responsabilité... La shamane et le conteur devaient cheminer côte à côte pour œuvrer ensemble mais... s'il devait être question de veiller ou de soutien l'un comme l'autre étaient censés être à égalité sur ce point... Pour le coup elle se sentait comme... la petite chose fragile et précieuse à protéger... ce qu'elle n'était pas... et c'était un peu vexant... Mais passons là-dessus, ce qui l'inquiétait davantage, c'était que s'il était incapable de tenir une promesse comme celle-là, cet idiot risquait gros... Et elle n'avait pas, mais alors pas du tout envie que quelqu'un se remette dans une situation aussi compliquée et délicate pour sa pomme... Elle ne valait pas tant de peine...

Elle aurait dû être touchée, et sûrement qu'elle l'aurait été, si elle n'était pas assommée par l'idée de représenter de nouveau un fardeau pour quelqu'un... Elle fit un pas pour se rapprocher du conteur, qui venait d'accomplir une sorte de gestuelle assez bizarre dont personne ne comprit la signification, et lui souffla d'ailleurs tout bas :


« Vous n'étiez pas forcé de promettre une telle chose... »

Mais dans sa voix, aucun reproche, juste un mélange d'embarras et d'inquiétude. Seulement voilà, c'était des Lycans qui composaient cette assemblée et ils avaient quasi-tous l'ouïe fine qui allait avec.


« Mais il l'a fait. Et j'espère de tout cœur que ces mots ne seront pas simples mots soufflés aux hasards du vent pour la gloire et l'honneur du beau conte avant tout. »

Et dans la voix de l'alpha pas de colère ou d'avertissement, mais quelque chose de bien plus vibrant : l'espoir qu'il pouvait fonder suffisamment de confiance en ce conteur et en ces mots qui, oui, pour lui, sonnaient effectivement comme une promesse solennelle qu'il prit très au sérieux.
Ce qui devait être de l'avis d'Al'raïr également car on pu entendre un grognement à peine contenu s'élever de sa gorge. Lui, par contre, penchait pour l'avertissement clair et net. Et malheur au conteur s'il ne tenait pas parole...



« Oh, il n'y a franchement pas intérêt que ce soit le cas... Parce que c'est plus que la shamane de notre clan que nous lui confions et j'espère pour lui qu'il a bien conscience de ça... »

Le regard de défi qu'il jeta au conteur était pire que tout et Mi'toko, qui craignait justement ce genre de réactions fut bien contrainte de s'interposer rapidement.

« Hé ! Je sais aussi me défendre par moi-même... Merci de votre confiance... »

Ce qui n'empêcha pas Al'raïr de grogner, mais fit détourner les yeux à Fan'her d'un air gêné. Alors, celle qui n'avait encore soufflé mot prit la parole. La vieille Tana'ka et toute sa sagesse purent se mettre à l'œuvre pour apaiser les esprits et redonner à l'instant présent un peu plus de solennité.

« Ma chère enfant, il est bien connu que les mâles parlent avant tout avec leurs instincts de protecteurs quand il est question de leurs sœurs. Mais tout comme la Zorro, et bien que cela me coûte d'admettre que je suis d'accord avec elle, j'ai confiance. Tu nous reviendras, et grandie, pas seulement en tant que shamane, j'en suis convaincue. Mon dernier croc me souffle lui par contre que le futur pourrait bien nous réserver quelques surprises quant à qui des deux jouera tel ou tel rôle dans votre aventure. Mais ça, ce sera une histoire que vous seuls pourrez nous raconter à votre retour. Je pense qu'il est d'ailleurs grand temps de commencer à en écrire les premières lignes. »

Ce à quoi aucun ne trouva à redire et tous sans exception acquiescèrent. Les jappements et messages de bon augure et de bonne route se mirent alors à fuser dans l'assemblée et le rythme des percussions s'accéléra de plus belle pour se faire encourageant et joyeux malgré le départ à venir. Alors Mi'toko n'y tint plus et se jeta aux cous de Spice, Fan'her et Al'raïr à la fois dans une étreinte chargée d'émotion et de chaleur avant de les lâcher après moult paroles réconfortantes et de se tourner vers Spice pour lui prendre les mains et la fixer en silence dans un regard larmoyant et hésitant. Le cœur lourd mais décidé, elle n'attendait plus qu'ils lui disent que c'était bon, que ça allait bien se passer, qu'elle pouvait partir. Alors, elle suivrait le conteur. Ou plutôt, ils décideraient de la suite ensemble. Même si elle doutait avoir la tête à établir des plans aujourd'hui, après leur départ...
_________________
Revenir en haut
Spice Liberty
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 1 068
Race: Zorro
Genre: Femelle
Âge: 19 ans
Clan: Les Enfants de Cérès
Rôle: Entremetteuse
Compagnon/Compagne: Fan'her d'amour :lov
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval
Feuilles de thé: 147

MessagePosté le: Dim 26 Mai - 17:08 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Lors de son étreinte avec Mi’toko, la jeune zorro avait ressenti bien des choses, elle était surtout contente de voir que son petit cadeau lui avait fait plaisir. Parce qu’actuellement, elle ne possédait pas grand-chose. Un mâle qu’elle aimait de tout son cœur, une amie qu’elle considérait comme sa propre sœur et… un village. Un village tout entier. Finalement, c’était beaucoup ! Même si, pour le moment, une partie du village ne l’avait toujours pas accepté. Mais qu’importe, ce n’était pas important pour le moment. Ce qu’il l’était, c’était de rassurer la grande et belle shaman un peu trop timide. C’est alors que le barde prit la parole pour commencer une sorte de discours, un discours d’ailleurs bien maladroit. Mais ça, Spice s’en fichait un peu, il était surement aussi nerveux que la shamane. Ça pouvait parfaitement ce comprendre. Elle voulait juste l’entendre dire que Mi’toko serait entre de bonne pattes. Et il l’avait dit, Spice en fut satisfaite et elle avait l’esprit en paix maintenant. Suffisamment pour laisser sa sœur partir avec lui en tout cas.
Après une brève prise de parole de son mâle et d’Al’raïr, c’est la doyenne du village qui prit la parole pour admettre qu’elle était d’accord avec elle. Et ça serait surement bien la seule fois qu’elle le serait avec elle. Dans un regard un peu dédaigneux vers elle pour lui témoigner un peu de mépris, elle pensa que jamais ça ne changerait, dans le fond. Il y aurait toujours ce genre d’être pour venir lui gâcher un peu le paysage en acceptant pas sa présence au côté de l’Alpha. Bien que, le problème était surement plus profond. Et malheureusement, elle n’avait pas envie de faire plus d’effort en compliquant quelque chose qui pouvait être simple. Une simple approbation lui suffirait… Mais ce n’était sans doute pas possible. Elle haussa ensuite les épaules en se disant qu’elle ferait bien de passer à autre chose. Comme son amie qui venait de lui sauter au cou en compagnie de Fan’her et d’Al’raïr ! Ah celle-là ! J’vous jure ! D’ailleurs elle reporta son attention sur elle plus particulièrement, après l’avoir fixé avec un doux sourire convaincu que tout se passerait bien, elle prit la parole :


« Mon amie que j’aurais voulu comme véritable sœur, j’espère que ton voyage se déroulera sans encombre et que tu verras de belles choses. Je pense que tu peux faire confiance au conteur et qu’il prendra sans aucun doute soin de toi. Si ce n’est pas le cas, je pense qu’il aurait bien du souci à se faire ! Foi de zorro ! Tu peux y aller, ne t’en fais pas. On t’attendra avec toute la patience que Cérès peut nous accorder. Nous sommes ta famille après tout. »

Elle enlaça alors avec la plus grande des tendresses Mi’toko en lui caressant doucement le dos pour l’encourager. C’était un moment difficile et elle ne devait pas craquer. Pas devant elle en tout cas. Ca serait bien plus tard qu’elle pourrait relâcher ses nerfs et… craquer. Mi’toko n’avait pas besoin de ça pour le moment. Elle avait besoin d’elle pour pouvoir prendre son envol et elle comptait bien lui accorder ça ! Elle relâcha alors son étreinte a contrecœur pour laisser son amie partir.

_________________

Merci Mi'toko pour ce set ! <3
Thème de Spice
Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
Faler'nagh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 3 Juin - 16:50 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Le Lycan gris resta incliné lorsque l'alpha et le shaman s'en mêlèrent. En un sens, c'était plus facile comme ça, à regarder le sol plutôt que le cercle d'amis qui, chacun à sa manière, faisait part de ses inquiétudes envers Mi'toko. Al'raïr, fidèle à lui-même, insista sournoisement sur la menace que consisterait un retour du conteur sans shamane, ou juste le non-retour de la shamane... sacré Al'raïr, toujours le mot aimable au bon moment.
Toujours aucun beau discours ne venait à l'esprit du barde sur la nécessaire entraide sur la Route, sur sa propre volonté de veiller à la sécurité de sa camarade, sur sa certitude que le héros de ce conte-ci n'était pas lui. Bah, le plus gros était passé, il ne restait qu'à se laisser glisser désormais.


"Pas de paroles en l'air, non..." marmonna-t-il tandis que chacun y allait de sa petite phrase, peut-être plus pour lui-même que pour vraiment répondre. Pas ces mots-là, pas comme ça, ajouta-t-il mentalement.

Fang se redressa - lentement, il préférait éviter une prise de becs avec le hibou qui s'agrippait à son épaule. Il n'était pas forcé de promettre cela ? Certes non ! Il le promettait de son plein gré, foi de Lycan ! Et puis, ce n'était pas comme s'il avait vraiment prévu de faire cela, après tout...
Paroles sages d'ancienne, embrassades émouvantes collégiales et dernier conseil des amies proches. Ca, c'étaient de vrais bons adieux de conte ! Sans doute le loup pourrait-il réutiliser cela dans une histoire, un de ces jours. Mais pour le moment, l'essentiel était surtout de poser le premier pas hors de Wapi. "Le plus difficile", clamaient certains. Pour sa part, Fang le trouvait bien trop facile, ce premier pas : les suivants, ceux qui éloignaient de la sécurité du foyer et des amis, ceux qui conduisaient vers l'inconnu et l'angoisse, ceux-là étaient bien plus pesants, bien plus lourds.
Il en était là de ses pensées, se tenant un peu sur le côté des embrassades pour ne pas gêner les spectateurs, lorsqu'enfin sonna l'heure fatidique : la foule s'écarta pour laisser passer les voyageurs, dans un superbe mouvement synchronisé et improvisé dont seules les meilleures foules sont capables. Fang leva un instant les yeux vers les nuages, souriant en adressant une prière muette à Farès qui, il en était persuadé, était derrière tout ça. Une cérémonie de départ d'une telle qualité, cela se faisait rare, habituellement toute l'affaire se finissait devant la taverne avec les gens saluant de la main jusqu'à ce qu'ils puissent retourner vaquer à leurs occupations. Ou bien était-ce juste parce qu'il ne s'agissait que d'un conteur vagabond qui ne faisait pas vraiment partie de la tribu et que personne ne regrettait spécialement ? Probablement.

Le barde avança de quelques pas avant d'inviter poliment sa camarade à le précéder sur le chemin qu'on leur ouvrait, patient et calme. Il salua de la patte en passant près des villageois - ça ne coûtait rien et peut-être que ça ferait plaisir à quelqu'un - et continua à mesure que la foule, qui les suivit en partie jusqu'aux limites du village, rapetisse peu à peu à l'horizon. Pour être honnête, Fang avait un pincement au cœur en partant, chose assez inhabituelle pour lui. Mais après tout, ce séjour n'avait rien eu d'ordinaire du tout, et un peu de sentimentalisme ne faisait pas de mal.


"Eh bien, nous voilà parti, Shamane. Le soleil est encore haut, nous pouvons faire un peu de trajet avant la nuit. Il ne reste qu'à décider de la direction à prendre." fit le Lycan avec un sourire. Il se sentait à nouveau dans son élément, avec la route et les plaines sous ses bottes et les nuages au-dessus de son chapeau. Seul le bruissement des plumes de son nouveau volatile lui était étranger, l'animal ayant décidé de commencer à somnoler sur son épaule.

Derrière eux, un sac de graines pendait d'une branche basse d'un arbre, ouvert et offert aux oiseaux de passage.
Revenir en haut
Mi'toko-chan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 3 516
Race: Hybride de Lycan
Genre: Femelle
Âge: 20 ans
Clan: Enfants de Cérès
Rôle: Shamane
Compagnon/Compagne: Décédé / Libre
Féminin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre
Feuilles de thé: 460

MessagePosté le: Mer 5 Juin - 09:58 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Au bord des larmes, Mi'toko ne l'était pas moins que Spice. Mais il était temps... et les mots... davantage de mots pourraient faire basculer l'équilibre précaire dans lequel tout ce petit monde essayait de demeurer... Elle le savait... il suffirait d'une main qui glisse et adieu l'édifice... Mais elle s'en fichait bien, elle avait encore des mots à offrir, encore un dernier geste à accomplir, même si pour ça, elle devait faire chavirer le navire tout entier sur lequel ils se tenaient à l'étroit, Al'raïr, Fan'her, Spice, Fang et elle. Parce que si l'expérience des années lui avait bien appris une chose, c'était qu'il ne fallait jamais partir avec seulement la moitié de ce qu'on aurait dû dire ou faire. Alors, elle saisit les mains de Spice entre les siennes et se pencha en avant pour lui souffler :

« Et c'est bien pour ça que pour moi, sang ou non, je te considère comme ma sœur. Bon courage de ton côté... Eux aussi ont intérêt à veiller sur toi... sinon ils vont m'entendre à mon retour... I will miss you sister... I will miss you all... »

Ses mains glissèrent enfin de celles de sa rousse amie et elle adressa un dernier sourire aussi rassurant et chaleureux que possible à ses amis, sa famille, malgré le poids qui écrasait son cœur, pour avancer à contre-cœur sur le chemin qui leur avait été ouvert à travers la foule, le conteur à ses côtés. Et c'est justement quand elle essaya de lutter contre l'émotion et le picotement dans son museau, en se fermant à la paradoxale euphorique tristesse ambiante, qu'elle remarqua combien le barde avait fière allure et semblait rayonner d'une assurance nouvelle, son fidèle compagnon à plumes sur l'épaule qui lui donnait des allures d'épique héros de fables. Tout le contraire d'elle qui, à peine le village hors de vue, rentra la tête dans les épaules en traînant la patte, la queue bien basse... Elle se permit même de l'observer quelques instants en silence, alors qu'il semblait tout entier absorbé par une joie et un entrain plus excessif qu'à l'accoutumée. Hum, peut-être pas de l'entrain, mais, quelque chose comme... de l'apaisement ? Elle n'aurait pas su expliquer ce qu'il lui inspirait, elle n'était pas comme lui aussi habile avec les mots, mais elle savait reconnaître les sentiments et les décrypter sûrement bien mieux que beaucoup d'autres, et, une chose était sûre, le conteur semblait à son aise et bien plus détendu que lorsqu'il se trouvait au village. Ce qui parut assez étrange à Mi'toko... Et puis, finalement, plus temps que ça. Il était conteur après tout, les routes étaient tout autant son domaine que les foules avides d'histoires. C'était quelque part assez ironique, aimer aller vers la foule, mais se sentir mal à l'aise de la côtoyer trop longtemps quand il n'était plus question de conter. Ce mâle gris était assurément riche en paradoxes. Une personnalité qu'elle aurait tout le loisir d'apprendre à mieux comprendre au cours de ce voyage. Ou du moins, d'essayer de mieux comprendre. Parce qu'il faudrait bien qu'ils apprennent à se connaitre assez pour se faire suffisamment confiance.

Ha ha... Une petite voix en elle lui murmura que sa tentative de se trouver un sujet de réflexion pour ne pas laisser la tristesse totalement l'abattre était bien pathétique... Décortiquer la personnalité du conteur comme la carapace d'un vulgaire insecte n'était pas la chose la plus respectueuse et sage qui soit... Sûrement qu'il adorerait savoir qu'elle était en train d'essayer de dresser un portrait mental de sa personne en échafaudant une liste d'hypothèses abracadabrantes sur ce qu'avait pu être sa vie... Oh oui, énormément... Elle soupira en se disant qu'il la trouverait juste certainement très prétentieuse. Mais quand même, c'était dommage qu'il ne soit pas ainsi au naturel, plus détendu, juste davantage relâché. Plus... lui-même ? Hum... La réflexion était trop bizarre pour qu'elle la pousse plus loin. Et puis, sinon, elle allait juste recommencer à se mêler de ce qui ne la regardait pas. C'était quand même amusant qu'elle soit toujours incapable de simplement apprécier la compagnie d'une personne sans chercher à gratter davantage pour savoir comment elle pourrait se rendre utile envers celle-ci. Peut-être que c'était plus facile comme ça... de se résumer à ça... et à un « merci shamane, votre aide me fut précieuse »...

Non, décidément, le cœur de la shamane n'était pas à la joie de se lancer dans une nouvelle aventure. Alors, quand Fang fit poliment appel à elle pour qu'ils décident ensemble de la direction à prendre pour la suite, elle eut une réaction assez décalée et réservée en relevant d'un coup le museau avec l'air un peu ailleurs et de celle qui n'était absolument pas concentrée sur la question.


« Oh, oui. Hum... Est-ce qu'on devrait s'occuper de l'Est en premier ou en dernier lieu ? »

Elle se frotta l'échine d'un air embarrassé dans une tentative de sourire complètement ratée. Zut, à quoi bon jouer la comédie ?... Ce serait totalement idiot... Laissant son bras retomber, elle baissa le museau de manière un peu coupable.

« Pardon Fang... Je sais que je devrais me focaliser sur notre objectif... Je dois vous paraître bien peu concernée et sérieuse pour le coup... »

Elle se sentait nulle. Et se dire qu'il pourrait peut-être comprendre n'aidait pas spécialement. Peut-être qu'il n'aurait pas envie de comprendre. Depuis combien de temps vivait-il sans attaches ? Et puis... une mission leur avait été confiée, qu'elle ait le cœur lourd de tristesse et l'âme déchirée par cette séparation n'y changeaient rien. C'était à elle de se ressaisir et d'assumer le rôle qu'elle avait accepté d'endosser... Il pourrait bien la sermonner ou la secouer elle ne se rebifferait pas et ne lui donnerait pas tort... C'était juste... qu'elle n'y pouvait rien pour le moment... Elle garda juste le museau fermement fixé vers le sol, les oreilles tombantes.
_________________
Revenir en haut
Faler'nagh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 11 Juin - 21:36 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Moins d'un quart d'heure après leur départ du village, Fang secouait déjà la tête d'un air amusé devant la mine penaude de Mi'toko. C'est un record, pas de doute, se dit-il en évitant soigneusement de parler tout haut. C'était étonnant avec quelle rapidité les gens changeaient d'attitude dès qu'ils quittaient leur habituelle monotonie... Que la shamane aie voyagé en long, en large et en travers de Cérès, le Conteur voulait bien le croire - au vu des bribes de passé dont il avait eu l'aperçu, la lycane blanche venait réellement de très loin. Mais qu'elle aie cessé d'arpenter la Route depuis longtemps, cela aussi il n'en doutait pas. Elle avait encore du mal à laisser derrière elle toutes les chaînes qui la reliaient aux personnes chères à son cœur, mais cela passerait.

"Eh bien, Aquene est plutôt proche de la côte est de Cérès" lança le loup gris en se frottant le menton. "Donc commencer par là pour ensuite remonter vers le nord, puis partir vers l'ouest, me semble la meilleure manière de couvrir au mieux le territoire."

Fang ralentit un peu, observant les plaines alentours. A la vérité, ils pouvaient même partir vers le sud en premier, pour être sûrs de contacter tout le monde. Mais il s'agirait pour deux Lycans de traverser les grandes plaines des Mustangs et rejoindre la forteresse îlotière naturelle des Ratusas... Même s'il se débrouillait habituellement pour se faire bien voir et éviter les ennuis, les proies restaient toujours méfiantes. Rien ne disait qu'elles accepteraient d'écouter leur histoire et de la croire.
Le barde s'était presque arrêté dans ses réflexions, et fut heurté par la shamane plongée dans sa mélancolie. Ah ! là là. Le voyage n'allait pas être simple, et il ne risquait pas de s'ennuyer, voilà qui était certain.


"D'accord, mettons les choses au point." proposa Fang en se retournant et en saisissant les épaules de sa camarade, la forçant à se concentrer sur lui. "Je vous propose où aller, et vous décidez si ça vous convient ou pas. Pour le moment, votre objectif est de convaincre les gens et diffuser l'annonce de la venue des Elémentaires. Il n'y a aucune raison d'encombrer une si jolie petite tête avec des soucis aussi bassement terre-à-terre telles que la direction, la nourriture ou le logis. Ca, c'est à moi de m'en occuper pour vous. C'est bien compris ?"

Le Lycan fit un sourire malicieux et plein d'assurance à la jeune shamane, la relâchant pour lui tapoter le front d'un doigt. Ah mais ! Elle ne déprimerait pas aussi près de Wapi, qu'on se le dise ! Spice, pour ne citer qu'elle, lui tannerait la peau pour s'en faire un tapis de sol si jamais cela arrivait... et le barde lui-même s'en voudrait d'échouer aussi tôt dans leur aventure.

"Alors, pour faire simple, nous avons trois possibilités. Le sud, mais je doute que les Mustangs nous attendent et que les Ratusas nous écoutent. Ce serait mieux de s'en préoccuper plus tard, je pense."
Fang pointa le sud-est d'un air perplexe.
"Par ici, c'est Abequa et le territoire des Paradise Defenders. J'imagine que vous connaissez assez vos voisins pour imaginer leur réaction si nous demandons à pénétrer chez eux pour raconter des histoires..."
Le Conteur se gratta la tempe, la tête légèrement penchée sur le côté.
"En fait, ils pourraient bien nous écouter, l'une des rares choses visibles chez eux est bien leur foi inébranlable en Farès et Cérès, et en la nature. Mais justement à cause de cela, j'ai peur qu'ils ne prennent mal nos histoires d'Elémentaires. Ce ne sont que des rumeurs sans doute exagérées, mais l'on raconte des choses épouvantables sur eux et leur manière expéditive de se débarrasser de ce qui les gêne..."
Fang pointa la direction du soleil, du moins celle où il s'était trouvé quelques temps plus tôt.
"Ozalee est toute proche, et le moins que l'on puisse dire des Horang'is, c'est qu'ils sont très civilisés, bien plus que la majorité des autres peuples. Ils nous écouteront, c'est certains, mais ils se mettront peut-être à rire. Enfin, ce ne serait pas vraiment un souci, j'imagine, cette partie-là est à votre charge. Ce serait sans doute un bon point de départ, surtout avec Harmonia qui commence à attirer pas mal de monde de divers peuples.
"Si l'on va droit au nord, par contre, ce sera Nita et les Nanuqs, mais très honnêtement leurs terres semblent plus à l'abandon qu'autre chose. Les ours ne sont pas vraiment au mieux de leur forme, ces derniers temps..." Fang se frotta la nuque, mal à l'aise. "Pour tout dire, certains pensent même qu'ils se sont éteints. Leurs apparitions ont cessé, cela fait un moment déjà que plus personne n'en a plus vu. Ce sont des terres fantômes."

Le barde croisa les bras sur son torse, déplaçant son poids sur une jambe en regardant la shamane. Elle savait sans doute tout cela, mais dans son état un petit rappel ne pouvait pas lui faire de mal. En plus, cela permettait au Lycan gris de faire le point sur les trajets les plus intéressants pour eux.
Fang attrapa une branche longue au pied d'un arbre et traça une carte grossière de Cérès dans la terre et la poussière du chemin. Une croix désigna l'emplacement approximatif du duo, des points représentants les villages et villes les plus connues des régions, Wapi compris. Le hibou se pencha, tournant la tête à presque 180 degrés pour observer le résultat.


"Tel que je vois les choses, ce serait une bonne idée de visiter Ozalee, puis de partir vers l'ouest. Nous pourrions longer le nord de Cérès jusqu'à la côte ouest, puis redescendre vers le sud pour compléter notre boucle." expliqua Fang en traçant le trajet sur la carte au fur et à mesure. "Peut-être même pourrait-on rejoindre Dena depuis Kiona en traversant le détroit. On dit les humains très ingénieux, peut-être ont-ils eu une de ces idées farfelues qui semblent leur remplir le crâne."
Le Conteur sourit, amusé, avant de tousser d'un air gêné. Même s'il n'y avait qu'une moitié d'humain dans les environs, c'était une moitié qu'il ne tenait pas à offusquer.
"Enfin... rien de mal à cela non plus, évidemment. Les humains sont très bien. Différents, mais très bien. Aucun souci avec les humains."

Le loup décida de recentrer la discussion en tapotant le point d'Harmonia, puis celui de Sora.

"Donc voilà. Je pense que ces deux villes feraient de bonnes premières étapes. Nous ne pourrons pas aller indéfiniment d'un campement à un autre, il faut aller là où se trouvent le maximum de personnes si nous voulons propager la nouvelle correctement. A vous de choisir, Shamane, et je vous conduirai à destination."
Revenir en haut
Mi'toko-chan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 3 516
Race: Hybride de Lycan
Genre: Femelle
Âge: 20 ans
Clan: Enfants de Cérès
Rôle: Shamane
Compagnon/Compagne: Décédé / Libre
Féminin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre
Feuilles de thé: 460

MessagePosté le: Mer 12 Juin - 10:01 (2013)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde ! Répondre en citant

Pas de grognement ? Pas de signe d'exaspération ? Et bien, c'était assez... déroutant... En fait, le Conteur fit même comme s'il occultait totalement la réponse et l'attitude de se congénère féminine. Ce qui, dans le fond, n'était pas plus mal mais... enfin... Mi'toko se sentit assez mal à l'aise du coup. Plus encore quand il la prit par les épaules pour lui décréter qu'elle n'aura rien à prendre en charge d'autre que le stricte minimum et le côté purement diplomatique de ce voyage. Est-ce qu'il pensait qu'elle allait être incapable de gérer le reste tout du long ?... Est-ce qu'elle donnait vraiment cette impression ?... Perplexe, elle regarda droit dans les yeux son compagnon de route qui avait sincèrement l'air de vouloir bien faire. Sauf que sa tentative eut l'effet totalement inverse sur elle. Elle se sentait maintenant encore plus... gourde et fardeau que jamais... et Cérès savait que ça faisait bien longtemps qu'elle n'avait plus éprouvé ce genre de sentiment de façon aussi... forte... Elle aurait voulu le contredire, de toute cœur, mais sa tentative ne fut pas très concluante :

« Ce n'est pas... ce que je demande mais... enfin... merci... je suppose... »

Elle aurait dû lui hurler que ce n'était pas ce qu'elle voulait, ni comme ça qu'elle entrevoyait ce voyage à ses côtés... Mais il était enjoué, exalté et empli d'une motivation sans faille. Est-ce qu'elle pouvait vraiment se permettre de lui briser sa bonne humeur sous prétexte que la sienne n'était pas à hauteur de ses espérances ? Ça aurait été cruel... et injuste... Leurs volontés présentes ne concordaient pas. Mais elle ne pouvait pas lui en vouloir, lui essayait juste de bien faire et elle... voulait juste ne rien faire de particulier et ne penser à rien de précis durant quelques heures... Ils ne se connaissaient pas assez l'un l'autre pour qu'elle se permette de lui faire remarquer qu'il pourrait... Oh, de toute façon, elle ne le ferait pas, qu'ils se connaissent davantage ou non. Bien, la mission donc.

Comme bien souvent avant aujourd'hui, la jeune Lycane prit sur elle et se botta les fesses seule pour museler ce qui devait l'être, ou, du moins, le dissimuler. Alors, bras croisés dans le dos, penchée sur ses esquisses, elle fit mine de l'écouter attentivement et d'accorder l'importance qu'il se devait à ses réflexions, ce qui était à demi-feint. Elle le regarda tracer, se triturer les méninges et démêler les options qu'il jugeait importantes de prendre en compte. Elle arborait un visage neutre et secouait juste la tête de temps en temps pour lui signifier qu'elle écoutait, qu'elle suivait. Ça avait l'air simple pour lui de s'adonner tout entier à la tâche qui les attendait. Sûrement que ça l'était, parce qu'il n'avait probablement que ça en tête. Elle dut faire un effort pour ne pas décrocher. Mais elle avait saisi l'essentiel et, la majorité, elle le savait déjà. Alors, quand il eut finit, elle eut juste à opiner et à déclarer :


« C'est une bonne idée, je pense. Je veux dire, oui, commençons par l'Ozalee et Harmonia donc. »

Elle le gratifia ensuite d'un sourire chaleureux, qui n'avait cependant rien de sincère, mais qui était admirablement bien joué, de quoi faire pâlir le grand metteur en scène qu'était le conteur, s'il avait pu se rendre compte qu'elle jouait la comédie. Et puis, elle réajusta les lanières de cuir sur ses épaules et, dans le même sourire, ajouta :

« Bon, allons-y. »

Elle attendit qu'il soit prêt à avancer de nouveau et fit mine de le suivre avec plus de légèreté et de bonne humeur. Du moins dans l'attitude, car elle ne parla pas davantage, se contentant de répondre avec le sourire lorsqu'il lui parlait. De toute façon, il avait raison non ? Ça passerait.


[ Hj : Donc je pense qu'on peut clore la partie du rp ici et reprendre dans la section « Aquene » pour permettre à Anushka d'intervenir. Je te laisse le soin d'ouvrir le nouveau topic et de décider si quelques minutes, quelques heures ou une demi-journée a/ont passé depuis ce post. ;) ]
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:24 (2017)    Sujet du message: Dernier appel pour le vaste monde !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Cérès Index du Forum -> Cérès -> Aquene -> Wapi Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Contrat Creative Commons
Cérès by Arsapin Fanny est mis disposition selon les termes de la
licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.