Cérès Index du Forum
 
 
 
Cérès Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Une vie qui débute...
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Cérès Index du Forum -> Archives -> Archives rp
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Loïne
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 27 Nov - 21:43 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Installée confortablement sur un tapis duveteux qu'elle avait fabriquée avec sa mère, Loïne profitait de la chaleur de la chaumière. Ce tapis lui rappelait de bons souvenirs. Jadis, alors qu'elle avait à peine une dizaine d'années, sa mère lui avait proposée de créer quelque chose, toute les deux, sabots dans le sabot. Elle avait alors eu l’idée d'un tapis, elle le disposerait au sol, prêt des nids douillets. Elles avaient choisit les couleurs ensemble, la texture ensemble, les motifs ensemble. Et depuis, la jeune ramane aimait s'y allonger en regardant l'extérieur de la bâtisse.
Redescendant sur la terre ferme, des odeurs de châtaignes, d'écorces de bouleau et de mousse des prés lui parvenaient de l'autre bout de la pièce. Sa mère avait visiblement faites quelques réserves avant la mauvaise saison. Elles étaient probablement stockées dans la cave du domicile familial. Cette pensée l'apaisa quelque peu.
Elle fermait les yeux et pensait à tous ces bons moments passés ensembles. Sa grand mère, sa mère et son père, son frère. Quatre visages doux, heureux et charmant vinrent se figer sur sa rétine comme s'ils se trouvaient en face d'elle. Ils étaient tout pour elle, son passé, son présent et ce qu'elle ne savait pas encore, c'est qu'ils auraient une place prédominante dans son futur...
La jeune ramane était désormais majeure depuis plus d'un an, et elle savait que si elle voulait former une famille, il lui faudrait trouver un compagnon et former une horde. Elle n'était pas encore décidée à partir. Sa santé fragile la malmenait depuis sa prime enfance et partir en plein hiver pourrait la tuer, elle en était bel et bien consciente.
Elle s'assit et observa avec attention ses sabots. Ils étaient de plus en plus ternes. Il lui faudrait aller demander une remède au guérisseur de la horde.
Elle se transforma en quadrupède pour rejoindre sa mère. cette dernière pétrissait la mousse et l’émiettait dans un bac de bois. Elle s'appliquait à ne rien gâcher. Elle écrasa à l'aide de ses sabots les châtaignes, qu'elle répartit avec parcimonie en petites quantités dans la mousse. Elle enroula l'écorce de bouleau et la fourra avec la mousse à la châtaigne. Sur un des rouleaux, elle déposa une petite fleur séchée. Loïne fut touchée par cette attention qu'elle lui savait destinée.
Quelque chose attira l'attention de la demoiselle. Sa mère pleurait mais pour une obscure raison, son beau visage quelque peu creusé par les années rayonnait. Reprenant sa forme bipède elle susurra de douces paroles à sa génitrice, espérant la calmer.
Cette dernière se tourna vers elle et d'un sabot délicat, caressa la joue de la femme biche. Elle lui dit:

"Ma chérie. Ne t'en fais pas, je ne suis pas triste. Ce sont des larmes de joies."

D'un revers de sa longue robe en chanvre tressé, elle se mit à essuyer les larmes qui coulaient de son visage.

"Nous avons bien réfléchis, et ton père, ton frère et moi pensons que tu devrais partir et fonder une horde. Malgré tes nombreuses maladies, tu es forte, courageuse, vaillante et douce. Tu seras faire le bon choix sur le chemin qui te mènera à ta destinée. "

Prise de panique, la jeune Ramane recula. Que voulait donc dire sa mère ? Cette dernière poursuivit :

" N'ai pas peur Loïne. Je suis sure que tout se passera bien ! Tu n'auras qu'à partir au printemps, lorsque les neiges et les glaces auront fondues ! Bien, je vais chercher un peu de lichen dans la réserve. Goute un de ces rouleaux et dis moi ce que tu en penses. "

Tout en saisissant un rouleau, la jeune ramane réfléchissait. Partir. Ne pas partir. Rester. Ne pas rester. Vivre a Dyani. Voyager dans le monde. Les proies. Les prédateurs. Tout cela était si flou pour elle. Elle mâcha lentement son rouleau et une sorte de certitude vint naitre dans son esprit. Ils avaient raison. Elles avaient bien assez profité de sa famille.

Son geste fut irréfléchie, spontanée et innocent, tout comme elle. Saisissant son petit sac et son cache épaule, elle remplit le premier de tout ce qui lui tombait sous la main qui pourrait lui rendre service pendant son voyage et enfila le second.

Lorsque la porte claqua sur ce monde gelé, une Ramane pleurait, du lichen plein les mains...


Elle marchait dans la forêt. Elle avait prit sa forme quadrupède pour avancer plus vite. Cette histoire remontait déjà à plus d'une semaine et ses réserves de nourritures s'amenuisaient à vu d’œil. Elle espérait trouvait un village ou un petit coin épargné par le gèle pour récupérer un peu de nourriture. Elle n'avait pas très froid, marchant longtemps elle avait beaucoup maigrit depuis son départ. Elle n'avait pas encore rencontrée de danger potentiels mais elle restait tou de même peu rassurée, elle avançait désormais à pas menus dans le bois.
Au détour d'un grand chêne, une branche face à elle craqua. Surprise, glacée jusqu'aux os, elle se stoppa net. La personne, à 50 mètres devant elle était visiblement plus grande qu'elle.
Loïne en resta interdite. Qui étais donc l'individu... Ami ou... ennemi...


Dernière édition par Loïne le Jeu 1 Déc - 15:32 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 27 Nov - 21:43 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Orios
Illustrateur officiel et co-illustrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2010
Messages: 274
Race: Raman
Genre: Mâle
Âge: 20
Clan: Aucun pour l'instant...
Rôle: Cherche à fonder une horde
Masculin Cancer (21juin-23juil) 牛 Buffle
Feuilles de thé: 5

MessagePosté le: Lun 28 Nov - 18:58 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Orios, qui depuis longtemps avait quitté le cercle familial pour "chercher fortune" partout dans Dyani, était à présent au cœur même de la forêt couverte par l'hiver. Il s'agrippa à un arbre dénudé, il avait froid, il claquait peut-être des dents. Des ongles de sa main droite, il gratta l'écorce, cherchant un morceau comestible. Il planta ses dents dans une fente que formait le bois et tira afin d'en arracher une maigre plaque d'écorce qu'il mâcha péniblement, regardant autour de lui. Il posa alors son regard sur le sol, et entre les mousses et la fine couche de neige, il discerna une châtaigne.
Tout en se penchant pour ramasser ce petit fruit sec, le Raman souffla une bénédiction envers Farès et sa femme.
Alors qu'il allait croquer dans la châtaigne, il entendit un son, très reconnaissable : quelqu'un ou quelque chose approchait. Il dressa l'oreille, méfiant, le sourcil froncé. Un jeune Lycan fit son apparition. Ce dernier trébucha, fit un bond, tomba, le museau au sol. Entrée théâtrale. Orios sauta sur place puis baissa ses bois fragiles en direction du prédateur, qui poussa un cri de surprise, impressionné ; alors qu'Orios n'avait pas fait grand chose pour le moment. Le Raman en profita pour faire un pas déterminé devant lui, remuant les bois d'un air menaçant ; le Lycan tenta de se relever mais tomba de nouveau à la renverse, en poussant un gémissement. Une de ses pattes était cassée. Orios le vit et se redressa, mettant les mains sur ses hanches.

"Toi, tu ne tiendras pas tout l'hiver."

Le loup se transforma en forme quadrupède et partit en boîtant, vérifiant que le Raman ne le suivait pas.
Orios observa l'animal. Il était petit et jeune. Certainement égaré. Il avait dû traverser le fleuve en trouvant par hasard un passage assez glacé pour être franchis. La glace, le froid... Tout cela revint alors en mémoire dans la tête du Raman. Il se passa le bras sur l'autre en tremblotant, soufflant. Malgré tout, il faiblissait ; il lui faudrait trouver un refuge. De plus il venait de perdre sa châtaigne de vue.

Orios alors se mit en marche. Cela lui prit une demi-journée avant d'entendre un nouveau bruit de pas. Il fronça les sourcils. Était-ce un nouvel ennemi ?

Mais quelle surprise ! Pas de Nanuq, pas de Lycan : une charmante jeune Ramane se dressa à quelques pas de lui, dissimulée derrière les arbres. Orios se réchauffa à cette vue. Non seulement elle connaissait peut-être un village où se réfugier, mais elle lui offrait aussi une chance de fonder sa horde tant recherchée.
Si elle ne le prenait pas pour un ennemi, pensa le Raman.

Alors il s'avança d'un pas en lançant un brame bref, pour que la biche sache qu'elle avait affaire à un compatriote.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Loïne
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 28 Nov - 20:32 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Lorsque le grand mammifère s'avança vers elle en poussant un brame, Loïne se sentit réellement soulagée. Un ami ! Un Raman, comme elle. Elle avait si peur de tomber sur un carnivore agressif, poussé par la faim, ces derniers n'hésitaient pas à s'engager sur le territoire des valeureux membres de l’espèce à la jeune biche.
Elle sortit du couvert de l'arbre et s'avança, tout en reprenant sa forme bipède pour s'adresser à l'inconnu, on pouvait voir son cache épaule en chanvre tressé rembourré de fleurs de chardon et de fleurs de pissenlits balloter sur ses épaules. Ce matériaux simple à trouver permettait une isolation maximale en temps de froid et coupait le vent. Seulement, il prenait la pluie. Elle se trouvait a quelques mètres de l'individu mais ne comptait pas approcher plus. Prudence était bien mère de sureté disait-t-on et elle se le tenait pour dit. Elle parla de sa voix claire et distincte :

" Sale temps pour se promener, tu ne penses pas ? Je m’appelle Loïne, je viens de la horde Meïly. Que fais-tu ici, tu n'as pas froid ? "

La jeune biche se méfiait de ce raman. Que faisais-t-il seul, en plein milieu de Dyani, pendant une saison aussi hostile ? Faisait-il parti de ces damnés ? Ces sortes d’exilés qui avait manqués à leur devoir, ou bien faisait-il partit des aventuriers partit chercher la gloire ? Dans le doute, Loïne préférait rester à une distance convenable. Elle sortit de son sac un rouleau de mousse à la châtaigne et le lança délicatement au jeune raman qui lui faisait face. Il n'était pas très épais et l'hiver serait dure. Elle lui lança juste avant que le rouleau n'atteigne ses pattes :

"Tiens, je n'ai pas grand chose à te proposer mais je penses que tu as faim toi aussi. "


Elle sourit gentillement. Aider son prochain n'était pas un crime et dans ce monde inconnu, mieux valait avoir des amis que des ennemis, surtout au sein de sa propre race. Elle jeta un regard plein d'ambition et de question à son patriote. Pourrait-il l'aider à découvrir ce nouveau monde qui lui ouvrait ses portes ?
au moins serait-il surement capable de lui indiquer si elle se trouvait bien dans la bonne direction pour rejoindre la frontière. Elle voulait quitter Dyani.


Dernière édition par Loïne le Jeu 1 Déc - 20:48 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Orios
Illustrateur officiel et co-illustrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2010
Messages: 274
Race: Raman
Genre: Mâle
Âge: 20
Clan: Aucun pour l'instant...
Rôle: Cherche à fonder une horde
Masculin Cancer (21juin-23juil) 牛 Buffle
Feuilles de thé: 5

MessagePosté le: Lun 28 Nov - 21:35 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Orios fut soulagé, lui aussi ; certaines biches étaient très farouches et pouvaient fuir dès qu'elles entendaient quelque chose, ce qui pouvait être très frustrant parfois surtout lorsque l'on était un ami. En tout cas, cette Ramane là sembla comprendre l'appel du mâle qui signifiait qu'il était de la même race qu'elle.
La jeune biche s'avança. Encouragé, souriant, le Raman fit de même ; mais lorsque la femelle s'arrêta après quelques pas, Orios fut plutôt surpris et n'osa pas continuer. Que craignait-elle ? Parce qu'elle craignait quelque chose, c'était certain ; mais quoi ? Le Raman comprenait qu'elle voulait rester prudente, certes ; mais face à quel danger ? N'importe quel mâle Raman aurait tenté une approche plutôt sympathique, ou de séduction, face à cette femelle.
Ou bien sa mère lui avait appris pour une raison ou une autre de se méfier des mâles. Des prédateurs. De tout ce qui entourait.
Finalement Orios laissa la question de côté et se recentra sur ce que lui dit la femelle.

" Sale temps pour se promener, tu ne penses pas ? Je m’appelle Loïne, je viens de la horde Meïly. Que fais-tu ici, tu n'as pas froid ? "

Le Raman sourit timidement.

"En effet, le temps n'est pas des plus cléments. Le fond de l'air est frais."

Il gloussa, un peu bête de faire de l'ironie par un temps pareil. Un vent glacé vint lui faire claquer les dents.
Reprenant ses esprits, il ajouta :

"Mon nom est Orios. J'ai quitté ma horde il y a plusieurs années déjà. J'ai déjà affronté quelques hivers et je sais qu'il vaudrait mieux que je trouve un endroit où me réchauffer car sinon je vais geler aussi sec. Enfin... Tout ça ce n'est que mon affaire... Ça ne doit pas intéresser grand monde."

Il sourit, hésita et fit quelques pas dans la neige, un peu en zigzag, montrant qu'il était confus : avancer ou non ?
La biche, Loïne, ne bougeait pas. Après quelques instants de réflexions, elle fouilla dans sa sacoche et en sortit un rouleau de mousse aux noix, qui fit monter la salive à la bouche du Raman, et elle le lança dans sa direction. Il tendit les bras pour le recevoir, tandis que Loïne lui dit :

"Tiens, je n'ai pas grand chose à te proposer mais je penses que tu as faim toi aussi. "

Orios réceptionna la nourriture et la serra contre sa joue. Le rouleau était chaud... Certainement grâce à un long séjour dans une sacoche portée par une biche vagabonde...
Il redressa la tête et lui lança un sourire de gratitude :

"Merci beaucoup. J'ai, effectivement, une faim de Lycan..."

Il pensa à sa petite aventure tout à l'heure. Cependant, il n'osait pas, par politesse, manger le rouleau de châtaigne devant la biche ; il espéra qu'elle le comprendrait.

Il fit un pas dans la direction de Loïne, chercha ses mots, puis demanda :

"Dis-moi, d'où viens-tu exactement ? Connaitrais-tu un village non loin où je pourrais me faire héberger ? J'ai besoin de me réchauffer..."

Il réfléchit, puis ajouta :

"Et toi aussi, peut-être, non ?"
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Loïne
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 1 Déc - 20:47 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Loïne réfléchissait à 200 à l'heure. Ce raman semblait être frigorifié et plutôt faible. Soit elle continuait sa route sans se préoccuper de lui et gagnerait du temps, soit elle en profitait pour récupérer des vivres qui pourraient grandement l'aider dans l'aventure qu'elle avait décidée de vivre sur un coup de tête. Elle choisit d'emblée la deuxième option. Puisque Orios était peu vigoureux et lui demandait de l'aide, elle ne pouvait pas refuser. Elle prit l'initiative de lui répondre, après tout il ne semblait pas lui vouloir du mal et semblait franc. Elle dit :

" Je viens de mon village, à une semaine de course d'ici. Mais je penses avoir aperçue un village plus au sud, ce n'est pas vraiment sur le trajet que je m'étais fixée mais... Il me faudrait refaire le plein de vivre, et puis faire sécher mon manteau alors... Allons y ensemble, qu'en dis-tu ? Je n'ai pas encore rencontrée de prédateurs, mais si c'était le cas, je n'aurais pas très envie d'être seule... "

Elle tapota son manteau gorgé d'eau à petits coups de sabots, avant de secouer ses oreilles. Elle était trop préoccupée à penser et à courir, elle ne s'était pas rendu compte de l’humidité qui l'habitait. Sa fourrure, et son cache épaule auraient put lui servir de réserve d'eau tant ils étaient imbibés. Elle se mit à éternuer. Elle sourit au Raman et commença à avancer en direction du village du sud. Tout en marchant elle se mit à discuter avec Orios, il valait mieux allier l'utile à l'agréable, alors autant discuter le temps que la route durerait :

" Pourquoi n'as-tu pas de cape ou de manteau pour te protéger du froid ? Tu vas finir geler à te balader dans les bois sans vivres ni vêtements chaud. Tu as l'air gentil mais tu es bizarre. Et puis manges donc ce rouleau, il va finir par être congelé si tu ne le manges pas et ce serait dommage. Je préfère garder ce qui reste pour qu'on fasse des pauses durant le trajet. Il vaut mieux être prudent, au cas où le temps empirerait encore... Tu dis que ça fait plusieurs années que tu déambule dans le froid comme ça ?"

Loïne émit un petit rire qui ne se voulait pas moqueur mais plutôt admiratif. Elle poursuivit :

" Sois tu es totalement inconscient, sois tu as beaucoup de chance... Et je penses même que tu te trouves dans les deux cas pas vrais ? "


Elle se mit à rire de bon cœur. Quel drôle de personnage ! Son voyage commençait sous les meilleurs augures. Elle remercia intérieurement les deux grands dieux de ces basses terres...
Revenir en haut
Orios
Illustrateur officiel et co-illustrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2010
Messages: 274
Race: Raman
Genre: Mâle
Âge: 20
Clan: Aucun pour l'instant...
Rôle: Cherche à fonder une horde
Masculin Cancer (21juin-23juil) 牛 Buffle
Feuilles de thé: 5

MessagePosté le: Ven 2 Déc - 18:16 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Le Raman écouta attentivement la réponse de la biche. Elle avait vu un village au sud. La simple entente de cette nouvelle permit à Orios de se réchauffer déjà intérieurement. Manquait plus que Loïne acceptât de l'accompagner...
Et surprise ! Malgré le fait que ce village ne fusse pas sur son chemin, elle accepta d'elle-même. Elle en expliqua la raison : pour faire sécher ses vêtements ainsi que refaire le plein de nourriture. Oui, elle avait raison. Ses habits étaient trempés d'eau. Était-elle tombée dans un quelconque étang ou lac ? Ou était-ce simplement la pluie ? De toute façon, avec ce froid, il était normal qu'elle s'enrhumât... Orios en fut tout désolé. Il s'approcha d'elle et prit délicatement le cache-épaule, qu'il secoua dans l'air pour en faire évacuer le maximum d'eau ; puis il tendit le tissu à la biche dans un geste gracieux.

Elle avait aussi raison au sujet des prédateurs... surtout si elle - ou lui ! - tombait sur une meute, il valait mieux être au moins deux. Tiens, et s'ils réussissaient à piocher un autre Raman égaré ? Ils formeraient un véritable groupe au fil du temps.

La horde dont rêvait Orios ?

"Pourquoi n'as-tu pas de cape ou de manteau pour te protéger du froid ? Tu vas finir gelé à te balader dans les bois sans vivres ni vêtements chaud." fit remarquer Loïne.

Le Raman haussa les épaules. Cela lui prit un certain temps avant d'analyser la question. C'était vrai ça, il n'avait pas porté un vêtement depuis... depuis sa prime enfance, en fait. Et c'était ça qui lui fit trouver une réponse.

"J'ai été sans doute élevé dans une horde où la tradition n'était pas de porter des vêtements."

Il sourit. Surtout lorsqu'elle lui dit qu'il était bizarre. Ce genre de remarque, par un temps pareil, était réconfortant. Elle lui dit aussi qu'il devrait manger son rouleau sinon il finirait congelé, lui aussi. Le Raman hésita mais obéit.

"Tu dis que ça fait plusieurs années que tu déambule dans le froid comme ça ?

"Oui, en quelques sortes," répondit Orios en riant avec elle.

Le chemin continuait.

"Sois tu es totalement inconscient, sois tu as beaucoup de chance... Et je penses même que tu te trouves dans les deux cas pas vrais ?

Le Raman fut surpris de la simplicité que Loïne avait pour dire les choses que lui-même aurait mis plusieurs heures pour se décider à les dire.

"Effectivement, il doit y avoir des deux... Je suis plutôt méfiant mais il m'arrive aussi quelques imprudences. Comme quoi, Farès est assez clément avec moi."

Il fit discrètement une bénédiction à ce dernier. Farès soit loué, disait-on dans sa famille...
_________________


Dernière édition par Orios le Mer 7 Déc - 14:33 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Loïne
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 3 Déc - 12:51 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Loïne souriait, le cœur léger. Elle ne risquait visiblement pas grand chose en compagnie d'Orios qui semblait être un brave Raman. Elle fut soulagée qu'il l'aide à se débarrasser de l'eau qui imprégnaient ses vêtements, et avait désormais l'impression d'avoir plus chaud. Elle aimait observait la forêt tandis qu'ils avançaient. La fine pellicule de neige qui donnait un coté si pure à ce bel endroit. Les pics de glaces, d'où gouttaient quelques résidus de ciel, fragmentés et scindés par le froid hivernal. Sans parler de la végétation cristallisée, givrée, qui faisait penser à des décors de sucre que l'on créer pour les fêtes.
Un vent glaciale s'engouffra subitement entre les arbres, ce qui fit frissonner la jeune Ramane. Elle se mit à parler, histoire d'occuper le temps et de se réchauffer:

" En effet ! Sans la bienveillance de nos protecteurs, aucun vagabond ne suivrait la route qu'il entreprend sans danger. Je penses que nous arriverons au village dans quelques heures, puisqu'en bondissant je ne l'ai vu qu'il y a 4 ou 5 heures. En revanche, je ne sais pas si nous y parviendront avant la tombée de la nuit. Ce village semblait différend du mien a bien des égards. Ils s'agissait de hutte et non de cabane en bois, si je me souviens bien. Et puis les gens ne portaient pas, ou très peu de vêtements, tout comme toi. Ce qui est certain, c'est qu'il y fait bien chaud, de nombreuses laisser échapper de la fumée de leurs sommet. Pourvu qu'ils acceptent de nous héberger, à par mon savoir faire de tisseuse, je n'ai pas grand chose à proposer, si ce n'est ce manteau plein d'eau..."


La biche, tout en continuant de marcher, se réchauffait les sabots en les frottants et en soufflant dessus. Elle éternua une nouvelle fois. Tout en marchant et en observant le beau paysage qui leurs étaient offert, elle réfléchissait à des quantités de choses. Déjà, qu'elles aliments ou matériaux de confection pourrait-elle récolter dans le coin si jamais on ne les accueillaient pas au village de huttes dans la vallée. Ensuite, qu'allait-il advenir d'elle ensuite ? Orios se joindrait-il à elle pour faire un bout de chemin, quitte à devenir son compagnon de voyage, pour visiter le monde inconnu en dehors de Dyani ? Ou bien reprendrait-elle sa route, en solitaire, le ventre plein et le cœur réchauffé par une horde de Ramans chaleureux et bon vivants ?
Une question vint à passer dans son esprit, et elle n'hésita pas un instant pour la soumettre au Raman qui marchait à ses cotés :

"Dis moi Oros... Est-ce que tu as déjà quitté les terres de Dyani... Comment c'est là-bas ? 'est pleins de prédateurs, de lycans, de lowës non ? "


D'un regard brillant, elle espérait qu'Orios se confierait un peu, qu'il lui raconterait ses aventures, ou au moins deux ou trois anecdotes. Elle était fébrile, en attendant sa réponse. Peut être était-il une source de connaissance importante, ou bien absolument pas...Tel était la question !
Revenir en haut
Orios
Illustrateur officiel et co-illustrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2010
Messages: 274
Race: Raman
Genre: Mâle
Âge: 20
Clan: Aucun pour l'instant...
Rôle: Cherche à fonder une horde
Masculin Cancer (21juin-23juil) 牛 Buffle
Feuilles de thé: 5

MessagePosté le: Mer 7 Déc - 14:57 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Pendant que les deux Ramans marchaient, Loïne entreprit de faire la description du village qu'elle avait vu. Habité de Ramans peu habillés, les habitations étaient des huttes apparemment ornées de cheminée, puisqu'elle avait remarqué de la fumée qui en sortait.

A moins que ce ne fusse un incendie. Orios chassa cette pensée qu'il qualifia de "stupide".

"Pourvu qu'ils acceptent de nous héberger, à part mon savoir-faire de tisseuse, je n'ai pas grand chose à proposer, si ce n'est ce manteau plein d'eau..." dit la biche.

Le Raman acquiesça. Ils auraient l'air idiots s'ils se faisaient chasser d'un village où habitaient, qui plus est, des individus de leur propre race.
La marche continuait. Encore et toujours. Loïne avait expliqué que ce village se trouvait à quelques heures de là. Il fallait patienter... et survivre !

"Dis moi Oros... Est-ce que tu as déjà quitté les terres de Dyani... Comment c'est là-bas ? 'est pleins de prédateurs, de lycans, de löwes non ? "

Le Raman sourit. La soif de savoir n'avait pas épargné cette gentille femelle.

"J'ai , effectivement, déjà traversé le fleuve quelques fois. Je peux te dire que l'on se perd vite, de l'autre côté. La disposition des arbres, des pierres, et des fleuves est un changement par rapport à ce dont nous étions habitués à Dyani. Et il y a plus de prédateurs. Je me souviens... une fois, un Nanuq était entré sur notre territoire, certainement en trouvant un pont quelque part au dessus du fleuve. J'ai été repéré et choisi au rang de proie, pour lui. Je me suis précipité vers le fleuve. J'étais coincé. Mais j'ai plongé... et j'ai nagé. Le courant était fort. Farès était avec moi, j'ai survécu et atteint la rive. Le Nanuq voulut me suivre mais il s'est fait emporté par les courants..."


Orios marqua une pause. Puis il reprit :

"Depuis, j'ai erré hors de Dyani, longeant le fleuve pour trouver si, par bonheur, je trouverai un lieu facile à traverser pour revenir dans notre forêt. Sans succès. J'ai eu alors la chance de rencontrer un marchand. Il était sur un chariot, et il conduisait un auroch, je m'en souviens très bien. Il m'a donné des matériaux qui m'ont permis, Farès soit loué, de me confectionner un radeau, et j'ai rejoins ma terre natale..."

Il soupira. Jamais encore n'avait-il pensé si souvent aux aides que le dieu lui avait fournies. Il tourna les yeux vers Loïne, marchant toujours.

"Dis-moi... Pour poser cette question... ton projet ne serait pas de sortir de Dyani par hasard ? Si c'est cela, tu me rappelles quelqu'un."
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Loïne
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 10 Déc - 15:59 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Alors Orios avait bel et bien quitté le territoire...Et traversé le fleuve... Loïne se sentait tellement heureuse d'un coup. Elle allait donc elle aussi pouvoir partir. Elle serra de ses sabots les bretelles de son sac à dos amaigrit. Elle se fichait de se perdre, puisqu'elle ne souhaitait pas aller a un endroit en particulier. Elle savait que des prédateurs affamés rodaient et seraient près à la dévorer à la moindre inattention de sa part, seulement, elle ne se laisserait pas faire si facilement. Elle courrait vite et saurait se battre jusqu'à son dernier souffle si nécessaire. Quand à nager... A cette période de l'année, ce ne serait pas une nécessité, mais cela impliquait que pour revenir ici, elle devrait attendre le prochain hiver ou trouver un endroit peu profond pour traverser...

Ce qui amusa le plus Loïne était cette histoire de marchand avec un auroch. Elle espérait qu'elle le verrait un jour, ce devait être un drôle de personnage. Et puis il était bien gentil de lui avoir fourni ces matériaux, ce devait donc être une personne à rencontrer. Loïne s'en fit la promesse.

Elle lui rappelait quelqu'un... Elle s'empressa de le questionner :

" Oui en effet, je projette de voir le monde. Je n'ai jamais vu autre chose que cette terre et je veux voir des nanuqs, des lowës, des lycans, des kunks, je veux voir un membre de chaque espèce qui existe dans le monde. Et après, quand j'aurais appris pleins de choses, je rentrerais et je trouverais une horde accueillante. Mais pas avant.
Je te fais penser à qui ?
"

Elle sourit, une fois de plus. C'était plutôt agréable d'imaginer que quelque part sur ces terres se trouvait un raman ou une ramane qui aimait l'aventure et avait prit la route comme elle. Loïne attendit patiemment la réponse de son interlocuteur, tandis qu'on apercevait désormais la fumée des chaumières au loin, dans la vallée en contre bas. Elle espérait qu'une famille accueillante lui céderait une infime parti de leur vivres pour qu'elle puisse continuer son expédition. Elle se mit a mordiller ses sabots, elle n'aurait pas dut partir comme ça, sur un coup de tête. Elle aurait mieux fait de se préparer un peu mieux.
Revenir en haut
Orios
Illustrateur officiel et co-illustrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2010
Messages: 274
Race: Raman
Genre: Mâle
Âge: 20
Clan: Aucun pour l'instant...
Rôle: Cherche à fonder une horde
Masculin Cancer (21juin-23juil) 牛 Buffle
Feuilles de thé: 5

MessagePosté le: Dim 11 Déc - 12:11 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

A qui lui faisait penser cette Loïne ? à Raumah bien sûr, Raumah Nahimana. Orios le lui dit. Il décrivit la ramane : Nahimana était plutôt de taille modeste mais bâtie en muscles. Taillée pour la marche et la randonnée. A bien y penser, un jeune prédateur aurait pu avoir peur d'elle. Elle portait une tunique, un collier avec un pendentif en cuivre représentant la lune, ainsi qu'un grand bâton bien droit durci au feu.
Elle avait des yeux gris, et une crinière blonde ; son regard était d'une franchise incomparable. Ce dont Orios se souvenait bien, c'était l'intimidation qu'elle faisait peser sur lui, sans le vouloir vraiment. Et ses manières un peu étranges. Mais elle était sympathique au final. Sa quête était de retrouver un Raman appelé Tarhn.

Orios leva la tête. Un léger rideau de fumée montait au-dessus d'un village en contrebas. Il sourit. C'était assez proche pour que lui et Loïne y arrivent avant de succomber sous le froid.

"J'ai rencontré Nahimana de l'autre côté du fleuve ; le côté "dangereux", si tu veux. Elle venait d'un village dont le nom m'a échappé, mais un village qui s'était établi lui aussi sur le dangereux côté. Les terres maudites..."

Il prit une bouffée d'air et toussa. Si le village était hospitalier, il prendrait certainement quelques vêtements pour se réchauffer. Il n'avait pas encore vécu un hiver aussi froid... Ou alors c'était à cause de l'endroit où il se trouvait qui était particulièrement exposé au vent.

"Pressons-nous," renifla-t-il.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Loïne
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 11 Déc - 14:38 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Loïne fut surprise et quelque peu blessée par la comparaison que faisait Orios. Elle n'était pas taillée en muscle, au contraire, et elle était la plus grande de son ancienne horde tout de même. La seule chose que Loîne possédait était une belle plume de couleur qui pendait dans ses cheveux châtains plutôt courts et son sac a dos en chanvre tressé. Aussi, physiquement n'avait-elle rien à voir avec cette Raumah Nahimana puisque ses yeux bleus ne reflétaient que l'intense désir de partir à l'aventure et ses manières n'étaient nullement étranges, tout les ramans de son clan agissaient de la même manière.

Elle répéta dans un souffle , les terres maudites... Voila où elle devait se rendre pour la suite de son périple. Peut être rencontrerait-elle même celle qui lui "ressemblait" et pourrait ainsi ce faire sa propre idée de cette ressemblance qui lui semblait, pour le moment, plus que douteuse.

Loïne s'inquiéta de l'état de santé d'Orios. Il semblait vraiment maigre et en mauvaise forme. Lorsqu'il se mit à tousser, elle s'en voulut de ne pas avoir de remède pour le soulager un temps sois peu. Elle ne put que lui offrir un timide sourire de soutiens et presser le pas.

Ils seraient bientôt arrivé si ils se déplaçaient sous leur forme quadrupède. Tout en se transformant, Loïne lança un regard au jeune Raman pour l'inciter à faire de même.
Une odeur de nourriture leur parvenaient, mélangée à celle de la fumée un peu âcre.

Au fur et a mesure où ses sabots se décollaient du sol, les murmures du petit village parvenaient à ses oreilles et lui donnaient envie de redoubler d'efforts pour s'y rendre.
Revenir en haut
Orios
Illustrateur officiel et co-illustrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2010
Messages: 274
Race: Raman
Genre: Mâle
Âge: 20
Clan: Aucun pour l'instant...
Rôle: Cherche à fonder une horde
Masculin Cancer (21juin-23juil) 牛 Buffle
Feuilles de thé: 5

MessagePosté le: Dim 11 Déc - 16:38 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Orios remarqua que Loïne semblait déconcertée par la description qu'il donnait de Nahimana. Il était vrai que les deux biches ne se ressemblaient pas. Le seul point commun que le Raman notait, était cette mystérieuse soif d'aventures, périlleuses surtout ; l'une partant à la quête d'un Raman perdu, l'autre partant... pour une raison qu'Orios ignorait.

Loïne se transforma en biche quadrupède. Orios en vit la raison : leur vitesse se verrait ainsi amplement accrue. Il adressa un sourire à sa compagne et l'imita, devenant un cerf.

Ils pressèrent le pas. Ils se mirent même à courir. Le souffle du Raman était devenue une fumée blanche si épaisse qu'il devait remuer la tête dans toutes les directions pour ne pas la recevoir dans les yeux. Leurs sabots frappaient la neige avec fureur, dans un bruit acharné. Si le vent s'était tu à ce moment là, on n'entendrait plus qu'eux.

Mais on entendait autre chose à présent : les murmures, les discussions à l'intérieur du village se rapprochaient. De plus en plus. les fumées qui sortaient des cheminées se densifiaient. Et plus on s'approchait, plus le courage nous poussait à nous rapprocher.

Orios distingua une silhouette debout hors du village. Sûrement un raman - ou une ramane - qui montait la garde. Le personnage se tourna dans la direction d'Orios et de Loïne, cherchant à reconnaître leur forme.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Loïne
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 15 Déc - 16:54 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Loïne appréciait Orios dans son aspect quadrupède, il était digne et fier. Il serait à terme, un excellent chef de horde s'il se remplumait un peu.

Tout en piétinant le sol de ses sabots, la jeune ramane frissonnait tant l'excitation la saisissait. Son avenir était devant elle, son destin dans ses sabots et des étoiles dans ses yeux. Chacun des choix qui seraient les siens désormais, auraient un impact direct sur sa vie future, aussi réfléchirait-elle plus à l'avenir. Tout en observant les arbres alentours, visiblement raclés et écorchés, Loïne se disait que de nombreux ramanes devaient vivre dans ce village car sinon les arbres n'auraient pas été dans un état pareil. On prenait généralement soin des plantes nourrissantes qui repoussaient rapidement après l'hiver et qui offraient une source de nourriture de secours pendant les mauvais saisons en cas de fringales. Soit la population ne s'était pas bien préparée et grattait de nombreux arbres chaque jours, soit il s'était passé quelque chose de fâcheux...

Soudain, la jeune ramane et son compagnon de route, virent une ombre se dessiner quelque part devant eux. Il s'agissait d'un garde ou peut être d'un récolteur potentiel. La jeune biche parla à bonne distance pour ne pas faire peur a l'individu et pour qu'il ne se sente en aucunes façons agressés :
"
Bonsoir ! Excusez moi de vous déranger dans votre occupation actuelle, mais nous sommes deux voyageurs affamés et nous souhaiterions demander l'hospitalité à votre village car sinon, nous ne pourrons continuer notre voyage d'exploration. J'ai remarqué que vos arbres ont été fréquemment "récoltés" et si vous ne pouvez nous donner un peu de nourritures ce n'est pas grave, nous souhaiterions juste nous reposer au chaud et en sécurité si vous le permettez !
"

Loïne entreprit d'avancer doucement, en reprenant sa forme bipède. Elle se mit à émettre de petits sons encourageants, afin que son interlocuteur face un geste engageant envers elle, histoire que les deux ramans puisse s'en approcher.

Étrangement, le villageois ne réagis pas. Il resta debout tout en les observant sans émettre de cris de mises en gardes ou bien d'acceptations. Loïne se mit à avancer doucement, afin d'apparaitre à la lueur déclinante du jour. L'étranger ne réagis pas plus. Loïne se tourna en direction d'Orios afin de voir ce qu'il en pensait.
Revenir en haut
Orios
Illustrateur officiel et co-illustrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2010
Messages: 274
Race: Raman
Genre: Mâle
Âge: 20
Clan: Aucun pour l'instant...
Rôle: Cherche à fonder une horde
Masculin Cancer (21juin-23juil) 牛 Buffle
Feuilles de thé: 5

MessagePosté le: Dim 18 Déc - 11:29 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Loïne et Orios arrivèrent non loin du villageois. La biche l'appela et lui expliqua à voix assez haute ce qu'ils étaient venus faire là. Cependant, le garde - ou le cueilleur, on ignorait qui était-il - ne réagit pas, ne répondit pas. En fait il ne fit rien. Les deux ramans se rapprochèrent, intrigués. L'autre semblait immobile.

Orios tourna le regard vers sa compagne. Elle eut la même réaction que lui. Tous deux se regardèrent avec étonnement. L'inconnu les observait avec les mêmes yeux vides qu'il y avait cinq minutes.

"Ecoutez, nous avons besoin d'un gîte ! Vous nous entendez ? Répondez, nom de Farès !" lança Orios.

D'abord de l'étonnement, puis de l'intrigue, enfin de l'irritation ; Orios s'énerva. Les sourcils froncés, il s'avança d'un air décidé. Ce ne fut que lorsque le Raman fut à cinq pas du garde que celui-ci bougea : il se retourna tranquillement et disparut par la porte du village.

"Hey !"


Orios s'arrêta en face de la porte. Il se tourna vers Loïne.

"Il est pas normal, ce Raman. Que fait-on ? Nous entrons ?"


[J'ai inventé comme ça... fais la suite comme bon te semble, je n'ai rien prévu x) ]
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Loïne
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 20 Déc - 20:01 (2011)    Sujet du message: Une vie qui débute... Répondre en citant

Loïne avança prudemment tout en saisissant le bras d'Orios. Elle put sentir son pelage humide et frais au contact du sien. Elle se sentait très mal à l'aise vis à vis de l'étrange raman qui leur faisait face. Lorsque Orios se mit à parler au raman, elle lâche son bras pour se décaler un peu, histoire de jeter un coup d’œil vers l'intérieur du camp.
Ce ne fut pas la neige, recouvrant les abris et le sol, ni la glace qui faisait de magnifique pic ça et là, qui attira l'attention de la jeune biche. Uniquement l'absence de personnes. Pourtant, du haut de la vallée on entendait des murmures monter du village, cependant à cet instant, aucuns ramans de déambulaient dans les rues, pas d'enfant jouant dans la neige, de biches conviant leur famille à prendre le repas, ni d'anciens, bavardant en regardant tomber les flocons.

La jeune ramane fut sorti de ses réflexions par l'avancement plus que rapide d'Orios vis à vis de l'étrange interlocuteur. Elle voulut saisir le bras de son ami, de peur qu'il ne se fasse attaquer, mais elle n'en eut pas le temps. Elle porta ses sabots a sa bouche et ferma ses yeux en attendant le choc des bois. Silence.

Lorsqu'elle rouvrit ses paupières, l'étranger avait visiblement rejoins le camp et Orios semblait irrité, il secouait nerveusement ses oreilles et une vapeur épaisse sortit de son museau. Lorsqu'il s'adressa a elle juste après s'être tourné dans sa direction, Loïne prit l'initiative de lui répondre :

« Je ne sais pas trop Orios. Le camp semblait plein de vit il y a encore un instant mais si tu observes bien, il semble tellement mort... Nous avons besoin de dormir au chaud et de nous nourrir,
seulement je ne suis pas sure que nous serions plus en sécurité ici que dehors...
»

Soudain la jeune biche s'approcha à grand pas de la porte et dit :

« Le courageux vit peu de temps tandis que le prudent ne vit jamais. Alors j'entre

Loïne s'engagea fermement dans le village, en direction du centre de ce dernier. Elle devait savoir ce qu'il se passait ici. Et puis, ni Orios, ni elle, n'étaient en mesure de continuait leur trajet sans une bonne nuit au chaud, en sécurité. Ils longèrent quelques huttes avant de se retrouver confrontée a une scène pour le moins horrifiante.

Deux enfants. Deux jeunes ramans d'environs 5 ans était allongés à même le sol tandis que le guérisseur du village semblait appliquer des marques sur leurs peaux.

Loïne, les yeux pleins de larmes, se tourna subitement vers Orios. Elle comprenait désormais le manque de surveillance du village, le comportement tout à fait anormal du raman et ne comprit l'état de la forêt qu'en jetant un regard sur l'assemblée en deuil. La maladie semblait avoir frappée le village et de nombreux ramans n'avaient désormais plus que la peau sur les os.

Elle murmurra à Orios :

« C'est affreux ce qu'il se passe ici... Est-ce que nous les aidons a transporter le bois pour.. Les deux petits, et a... Les enterrer comme il se doit ou bien... Est-ce que nous partons tant qu'il en est encore temps pour eviter de tomber malade comme ces pauvres ramans... ? »

Les yeux emplis de larmes elle supplia les dieux de lui laisser la vie sauve, elle n'avait pas survécu aux nombreuses maladies qu'elle avait rencontrée en 18 ans pour mourir dans les jours à venir. Seulement, elle n'avait pas le cœur de laisser ces pauvres gens dans un si mauvais état se débrouiller sans elle. Loïne était perdu et seul Orios était en mesure de trancher, après tout, c'était à cause de lui si elle était venu ici...


[J'ai essayé de faire quelque chose de réaliste. J’espère que ça te conviens, on peut partir, tout comme on peut rester, je n'ai pas de préférences, dans les deux cas ça peut être très intéressant !]
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:38 (2017)    Sujet du message: Une vie qui débute...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Cérès Index du Forum -> Archives -> Archives rp Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Contrat Creative Commons
Cérès by Arsapin Fanny est mis disposition selon les termes de la
licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.