Cérès Index du Forum
 
 
 
Cérès Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Un périple qui commence mal...
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Cérès Index du Forum -> Cérès -> Dezba
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nashoba
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 7 Déc - 21:45 (2010)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

Cela faisait trois jours que mon périple avait commencé... Trois jours que j'avais quitté Wakiza, emportant avec moi, outre de maigres bagages, les espoirs de nombre de parents de mon village. Trois jours depuis qu'avait débuté ce long voyage qui devait me mener dans les terres enneigées d'Ozalee, où se trouvait l'objet de ma quête. Trois jours...

Cette quête allait sans doute me prendre un mois et demi au moins et pourtant, il n'avait fallu que trois jours aux emmerdes pour pointer le bout de leur nez en la personne d'un bandit de grands chemins qui, bien qu'humain, était fort comme un boeuf et presque aussi bien bâti que moi. Il gisait maintenant par terre, son visage tuméfié par mes coups tordu dans une grimace sinistre que la rigidité cadavérique n'allait pas tarder à figer pour l'éternité. Tremblant, mes poings maculés de son sang qui avait également giclé jusqu'à mon visage et mon poitrail sous la puissance de mes attaques, je regardai avec haine cet être pitoyable étalé de tout son long. Son ethnie n'avait rien à voir là-dedans; bien qu'étant un Guerrier de Farès, je n'avais aucun grief envers les humains. Non, la vraie raison de ma colère prenait la forme d'une coupure longue d'au moins vingt centimètres le long de mon outre d'eau... Car si je m'étais battu à mains nues, le brigand, lui, avait un poignard que je m'étais empressé de lui éjecter des mains d'un coup de pied bien placé. Mais le mal était fait et ma précieuse eau potable terminait maintenant de s'écouler le long de mon flanc, trempant mon pagne et ma jambe gauche pour aller irriguer le sol couvert de feuilles mortes.

- Quelle déveine... Si seulement ce misérable ne m'avait pas pris au dépourvu, si seulement j'avais eu le temps de déposer mes affaires avant de me battre... murmurai-je, comme pour moi-même, en jetant un regard dépité à cette outre crevée que je portais en bandoulière.

Atterré, je me laissai tomber sur un gros rocher moussu situé près de moi, contre lequel s'était brisé le couteau de mon agresseur lorsque je l'avais désarmé et j'ôtai cette grosse gourde molle et désormais inutilisable, que je laissai choir sur le sol avant de lever les yeux vers le ciel, perdu entre les feuillages aux teintes de feu de ces vieux arbres qui m'entouraient.

- « Bon... Et maintenant, je fais quoi, pensai-je, je continue sans savoir si je trouverai des points d'eau assez fréquemment pour ne pas craindre la soif ? Je ne peux pas me permettre de retourner chercher une outre de rechange à Wakiza, ça me ferait perdre bêtement du temps... Et si l'état des louveteaux s'aggravait et qu'ils mouraient tous d'ici mon retour ?... Non, l'enjeu est trop grand, je ne peux pas faire demi-tour pour un prétexte aussi futile ! Les miens comptent sur moi ! »

Ma détermination ragaillardie par ces pensées pessimistes, je me redressai d'un bond. Je ramassai mon outre percée et portai la coupure à mes lèvres pour boire le peu d'eau qu'il restait avant de laisser tomber cet objet qui, dans l'état actuel des choses, était irréparable. Jetant un dernier regard plein de mépris sur le corps inanimé du bandit, je repris ma route d'un pas énergique... J'avais la ferme intention d'arriver à la frontière d'Aquene avant la fin de la semaine et ce, peu importe que je crève la soif, la faim ou que sais-je encore ! Je tiendrai le temps qu'il faudra... Après tout, en territoire forestier, les cours d'eau ne devaient pas être bien rares. Et puis, je connaissais l'existence d'une rivière près d'ici. J'allais d'abord aller m'y désaltérer à suffisance et puis, j'improviserai...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 7 Déc - 21:45 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Esyro
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 8 Déc - 22:19 (2010)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

Du haut de sa petite colline, Esyro regardait le Lycan se levant pour se remettre en marche. Le Raccoon se trouvait non loin de là, revenant d'un petit négoce chez de fidèles clients, quand il avait entendu le bruit d'une bagarre, brève mais intense. Le temps d'escalader le promontoire, celle-ci s'était déjà achevée.

En apercevant le puissant canin, le marchand fut d'abord impressionné. Les Lycans étaient bien souvent costauds, mais celui-ci sortait de la norme, comme avait du s'en rendre compte sa victime, qui en paya de sa vie. Une telle force ne pouvait qu'attirer son attention, et comme à son habitude, son esprit échafaudait déjà toutes sortes de moyens de s'en servir. Il est clair qu'un tel colosse pouvait avoir un rôle à jouer dans ses petits projets...
C'est alors qu'il avait remarqué que le sujet de son intérêt semblait soucieux, restant sur place un petit moment. Plissant ses petit yeux, Esyro avait tenté de voir ce sur quoi le grand mâle pouvait bien se pencher, mais celui-ci était malheureusement trop loin pour sa vision qui n'était pas des plus terribles, et il put à peine distinguer une forme floue dans ses mains.
Le temps qu'il chercher à deviner ce à quoi cela pouvait correspondre, que sa "cible" s'était levée, et repartait.

Le commerçant hésita une petite seconde sur ce qu'il devait faire désormais, avant de finir par céder à son instinct, celui-là même qui le menait bien souvent dans les combines les plus fructueuse qu'il ait fait, et qui à cet instant semblait même s'emballer. Il se décida donc à le suivre, pour tenter de l'approcher une fois qu'il se serait arrêté quelque part. Toutefois, le Lycan avait de grandes jambes contrairement à lui, et le Raccoon dut se mettre à trottiner pour garder en vue celui qu'il pistait.
Mais évidemment, quand on ne se dépense jamais beaucoup, une simple marche forcée devenait vite un vraie épreuve.

"Arf, j'espères que je ne me plantes pas sur ce coup-là en tout cas"

Plongé dans ses pensées et concentré pour garder un tant soit peu son souffle, Esyro n'entendit pas le bruit d'un cours d'eau qui se rapprochait peu à peu...
Revenir en haut
Nashoba
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 9 Déc - 12:42 (2010)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

J'enjambai le tronc d'un vieil arbre mort, couché au milieu de ma route, et les feuilles mortes chamarrées qui avaient pavé mon chemin jusqu'à présent laissèrent place à une rive de terre légèrement boueuse. A cinq mètres devant moi, la petite rivière que je cherchais : c'était un ruisseau assez calme malgré la présence d'une chute d'eau, pas bien grande certes, mais suffisante pour provoquer un gargouillis sonore que repéraient facilement chasseurs et proies assoiffés. Marchant là où la terre était la plus ferme, je m'agenouillai près de l'onde et me penchai sur l'eau, y plongeant mes avants-bras afin de les laver et de profiter de l'appui que me procurait la faible profondeur. Je portai mes mains à mon visage pour le débarrasser vite fait des traces de sang (celles du brigand et celles qui provenaient de ma lèvre fendue par l'unique coup de poing qu'il avait pu me porter avant que je ne fasse rentrer dans sa tête le cartilage de son nez) qui le maculaient, répétant ensuite l'opération pour nettoyer mon torse. Puis, reprenant ma posture de départ, je plongeai mon museau dans l'eau paisible pour me désaltérer à suffisance.
Lorsque j'eus bu à satiété, je me relevai mais, avant de faire demi-tour, je décidai de faire d'une pierre deux coups en mettant cet endroit à profit pour calmer également la faim que je commençais à ressentir; le coin n'était pas particulièrement poissonneux, mais je devrais pouvoir y trouver de quoi faire. Levant une jambe, j'ôtai ma botte, que je posai sur la rive et j'entrai mon pied dans l'eau, faisant ensuite de même pour ma deuxième chausse. Je m'avançai ensuite au centre du ruisseau, où l'eau m'arrivait tout de même aux genoux et je levai un bras... J'allais pouvoir mettre à profit cette technique de pêche spectaculaire qu'un vieux nanuq m'avait autrefois appris; immobile, fixant l'eau pour y repérer des mouvements, j'abattis à toute vitesse ma main dans l'onde et je me redressai aussi sec, serrant fermement un poisson frétillant d'incompréhension et tentant désespérément de fouetter de sa queue le poignet de ce malotru qui l'avait si brutalement arraché à sa demeure. Insensible à son gigotage intempestif, je l'achevai prestement en lui croquant la tête, que je recrachai aussi sec, avant d'enfoncer dans ma gueule affamée le reste du corps encore agité de spasmes, que j'avalai d'un seul coup. Ce n'était peut-être pas l'idéal pour la digestion mais au moins, ça avait le mérite de me rassasier vite fait tout en m'évitant le risque de m'étrangler avec une arête. Je réitérai le même geste jusqu'à avoir dévoré deux autres poissons, après quoi je rinçai rapidement mes mains visqueuses, que j'essuyai sur la fourrure mon torse et je remontai sur la berge, prenant mes bottes sous mon bras, jugeant préférable de laisser mes pieds sécher avant de me rechausser. Mais, alors que je me préparais à reprendre ma route, une odeur capta mon attention... Ce n'était clairement pas celle d'un mâle rival (de toute façon, ma meute étant la seule des environs, ce genre de rencontre était peu fréquent), pas tout à fait celle d'une proie potentielle non plus, aussi restai-je quelque peu intrigué par la nature de cette créature... D'autant plus que le désagréable sentiment de me sentir observé me parvenait, comme un arrière-doute agaçant.

- « Hm... Un zorro, peut-être ? Ça serait bien le genre de ces farceurs de se planquer pour m'épier... Quoique... Non, l'odeur est différente. Un Raspaterra, alors ? Ça me paraît déjà plus probable... », pensai-je, les narines dilatées pour ne rien perdre de cette trace olfactive.

Quoiqu'il en soit, l'individu qui m'observait sembla comprendre que je l'avais grillé... Il dut probablement esquisser un geste, même infime, car je pus entendre des feuilles sèches crépiter à proximité. Rapide comme l'éclair, je dégainai le couteau que je portais dans le dos et je le lançai avec la précision d'un artiste de cirque vers le buisson d'où provenait le bruit. Je n'avais aucune réelle intention de blesser l'intrus, je voulais seulement lui faire peur et j'avais sans nul doute réussi... Je me dirigeai alors dans la direction d'où m'étaient parvenus l'odeur et le bruit, avec le pas assuré du prédateur tout-puissant.

- Pourquoi m'espionnes-tu ? Ta mère ne t'a jamais appris que c'était une mauvaise idée de se frotter à un lycan ? lançai-je à l'adresse de l'individu qui se cachait dans le buisson, dont les branches tremblaient encore suite au fulgurant passage de mon arme.
Revenir en haut
Esyro
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 11 Déc - 22:35 (2010)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

Bien qu'il était toujours parvenu à garder la trace de celui qu'il suivait, l'écart s'était toujours fait plus grand à mesure que le temps passait, malgré les efforts pour garder le rythme du Raccoon. Heureusement pour lui, le Lycan avait fini par s'arrêter, lui permettant de le rattraper. Il parvint après un petit moment à arriver jusqu'au cours d'eau, où le grand prédateur était occupé à pécher.

"ouf, j'y suis arrivé, mais ce fut dur"

A bout de souffle, il se posa dans un buisson, soulageant un peu ses petites jambes, qui le tiraillaient un peu après ce qu'il lui avait paru une véritable course d'orientation, se jurant une énième fois de se mettre à faire plus d'exercice et abuser un peu moins des bonnes choses. Il était bien entendu évident que cette promesse ne tiendrait pas d'ici la prochaine fois...
Pendant qu'il reprenait un peu sa respiration, le marchand songeait à comment soigner son entrée. Ce n'était pas du tout un facteur a négliger dans une approche d'un client potentiel, d'autant quand il possédait le gabarit de celui-ci, et semblait prompt à rapidement sortir les poings. Il allait donc falloir le mettre en confiance.

Occupé à ses réflexions, il se rendit compte un peu trop tard qu'il était en train de se faire repérer, voyant le Lycan se mettre à humer l'air autour de lui, percevant surement son odeur. Il eut à peine le temps de bouger un peu qu'une feuille morte crissa sous son pied, attirant aussitôt l'attention du grand mâle dans sa direction. Avant qu'il n'ait compris ce qu'il se passait, un objet trancha l'air dans un léger sifflement, pour passer vingt centimètres au dessus de la tête d'Esyro. Pétrifié d'avoir frôlé ainsi la mort, il demeura parfaitement immobile un instant,luttant contre ses instincts les plus enfouis qui le suppliaient de décamper au plus vite. Mais il savait que ce n'était pas une option très envisageable pour l'instant, puisqu'il serait bien vite rattrapé.

Reprenant son courage à deux mains, il émergea du buisson, pour se montrer à celui qui venait de lui lancer un couteau.

-Ne vous méprenez point sur mes intentions, puissant guerrier. Jamais je n'aurai osé espionner un combattant tel que vous, j'aurai été inconscient autrement. Il s'avère en vérité que le destin m'a rendu témoin de votre échauffourée, qui m'a fortement impressionné. J'ai cru également remarquer que vous deviez avoir un petit souci, ce qui m'a donné envie de vous apporter ma modeste assistance. Malheureusement, vos jambes agiles m'obligèrent à courir pour parvenir à vous atteindre.

Il marqua une petite pause dans ses paroles, avant d'ajouter:

-Oh, et je me nommes Esyro, marchand itinérant, pour vous servir mon bon monsieur.
Revenir en haut
Nashoba
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 11 Déc - 23:15 (2010)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

Un court instant s'écoula avant que les branches du buisson ne recommencent à bouger. Je vis alors un petit être replet en émerger, me lançant un regard intimidé derrière le masque noir qui ornait la fourrure de son visage, signe distinctif de la race des raccoons. Malgré la crainte que je devais lui inspirer, il se révéla bon orateur puisqu'il parvint, sans bredouiller malgré la terreur que je venais de lui faire, à articuler une longue tirade marquée néanmoins par sa respiration agitée.

- Ne vous méprenez point sur mes intentions, puissant guerrier, déclara-t-il. Jamais je n'aurais osé espionner un combattant tel que vous, j'aurais été inconscient autrement. Il s'avère en vérité que le destin m'a rendu témoin de votre échauffourée, qui m'a fortement impressionné. J'ai cru également remarquer que vous deviez avoir un petit souci, ce qui m'a donné envie de vous apporter ma modeste assistance. Malheureusement, vos jambes agiles m'obligèrent à courir pour parvenir à vous atteindre.

Ces mots prononcés, il s'interrompit un instant, probablement pour permettre à sa respiration de reprendre un rythme plus calme. Il poursuivit ensuite, afin de se présenter.

- Oh, et je me nomme Esyro, marchand itinérant, pour vous servir mon bon monsieur.

Sans mot dire, je me penchai près du buisson pour arracher mon couteau du tronc de l'arbre qui se trouvait derrière et dans l'écorce duquel ma lame avait achevé sa course. Je le rengainai d'un geste souple et je me retournai vers le raton, le fixant d'un regard amusé.

- Tu perds pas le Nord, toi... Je suis Nashoba, de la meute des Fiers guerriers de Farès. Et en effet, j'ai un souci... Car ce brigand que j'ai tabassé tout à l'heure a déchiré mon outre d'eau, ce qui est fort emmerdant quand on entreprend un long voyage, dis-je au raccoon en revenant vers lui.

Je m'accroupis alors pour me mettre à sa hauteur et, un sourire vicieux sur les lèvres, je tapotai du bout de ma griffe son ventre grassouillet.

- Un marchand ambulant, hein ? Et les affaires vont donc si mal que ça pour qu'un appétissant petit raton dans ton genre vienne se risquer à chercher sa clientèle au sommet de la chaîne alimentaire ? T'as du bol que je t'aie repéré après ma pêche car sinon, j'aurais bien fait de toi mon dîner ! dis-je d'une voix faussement sadique, sans me départir de mon sourire.

À vrai dire, je disais cela mais sans vraiment y croire... Ce n'était pas tellement mon genre de boulotter n'importe quelle bestiole que je croisais, même s'il était vrai qu'aux yeux d'un prédateur, ce charmant raton était... Comment dire... "À croquer". Quant au fait qu'il soit marchand, je restai dubitatif... Était-ce vrai, ou disait-il cela uniquement dans l'espoir de se tirer de cette mauvaise passe dans laquelle il s'était fourré ? Je n'avais aucune preuve qu'il disait vrai... Mais cette manière qu'il avait de parler, associant flatteries et langage soigné, me donnait envie de croire à son histoire. D'autant plus que le fait qu'il soit marchand pourrait m'être sacrément utile, le prochain village que ma carte répertoriait étant à trois jours de marche et je ne disposais d'aucun moyen de me procurer une autre outre d'ici-là. Alors si ce raton pouvait me procurer une nouvelle gourde sous un délai plus court... Cela serait un sérieux adjuvant dans ma quête. Et qui sait, peut-être même avait-il en stock un échantillon de cette plante pour laquelle je devais voyager jusqu'aux contrées glacées d'Ozalee !...
Revenir en haut
Esyro
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 14 Déc - 00:01 (2010)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

En voyant le Lycan s’approcher sans mot dire, le Raccoon eut l’espace d’un instant une certaine appréhension, la part la plus sauvage de son instinct craignant que cela ne soit une attaque. Ce ne fut heureusement pas le cas, le prédateur se contentant de récupérer son couteau, pour le ranger dans son fourreau. Ce geste laissait d’ailleurs deviner de sa part des intentions un peu plus pacifiques, bien qu’il n’aie absolument pas besoin d’un tel outil pour mettre à mal quiconque.
Il répondit alors à la présentation d’Esyro, lui donnant son nom et celui de sa meute, avant d’expliquer ce qui pouvait bien lui poser souci. Ainsi, c’était son outre qui était percée, lui faisant perdre du coup toutes les réserves d’eau dont il disposait. Il était vrai que c’était un ustensile des plus pratiques, surtout lorsque l’on devait se rendre en des endroits peu pourvus en cours d’eaux, (Esyro en gardait d’ailleurs toujours une sur lui, au cas où il devrait se cacher quelques temps…), mais la réparation en était très difficile, d’autant plus en pleine nature sans le matériel adéquat.
A l’idée qu’il possédait sur lui quelque chose en mesure d’intéresser ce client potentiel, les petites cellules grises du marchand se mirent à crépiter, s’activant de manière à ce préparer au négoce qu’il allait peut-être pouvoir entamer, et à la possibilité d’user du potentiel du grand combattant. Il allait lui falloir user une fois de plus de sa ruse pour engranger un gain des plus appréciables.

C’est alors que Nashoba se baissa pour se mettre un peu plus à sa hauteur, taquinant au passage de la griffe l’abdomen bien rempli du commerçant. Son ton pouvait sembler une petite tentative d’intimidation, toutefois depuis le temps qu’Esyro troquait avec toutes sortes de prédateurs, il avait su faire fi de cette impression lorsqu’il était question de marchandise et de vente, ce qui lui donnait une assurance parfois déstabilisante pour certains d’ailleurs, peu habitué à voir une proie se montrer si peu craintive envers eux.
Dans un sourire, il répondit donc à la question du combattant.

-Ma foi, noble guerrier, c’est tout à fait le contraire, mon commerce est des plus florissant. Je peux me targuer d’avoir des clients dans bon nombre des races que les dieux ont engendrés, qu’elles soient chétives ou au contraire puissantes. Mais vous me parliez d’un long voyage, vous comptez aller quelque part…. ?
Revenir en haut
Nashoba
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 17 Déc - 22:41 (2010)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

Bizarrement, alors qu'il me suffisait d'habitude de sortir mon regard de violeur à n'importe quelle proie pour la terroriser, ce raton à qui j'étais en train de gratter le ventre avec une de mes griffes acérées ne semblait montrer aucune crainte. Au contraire, il reprit la parole d'un ton assuré et nullement intimidé.

- Ma foi, noble guerrier, c’est tout à fait le contraire, mon commerce est des plus florissants. Je peux me targuer d’avoir des clients dans bon nombre des races que les dieux ont engendré, qu’elles soient chétives ou au contraire puissantes. Mais vous me parliez d’un long voyage, vous comptez aller quelque part…. ? me demanda-t-il avec un calme à toute épreuve.

Comprenant que mon petit jeu d'intimidation ne marcherait pas sur ce gars-là, je cessai de lui picoter la bedaine et je me relevai. M'asseyant ensuite sur un rocher tout proche, je pris à mon tour la parole tout en entreprenant de débarrasser la fourrure humide de mes jambes des quelques feuilles mortes et autres brindilles qui étaient venues s'y coller lorsque je m'étais avancé dans le buisson pour récupérer mon couteau.

- Oui, je compte en effet aller quelque part. Et "ce quelque part", c'est pas la porte à côté ! Vois-tu, nombre de louveteaux de ma meute souffrent d'un mal mystérieux face auquel notre shaman est impuissant. Il ne pourra confectionner un remède qu'à l'aide d'une plante rare, l'Étoile d'argent*, qui pousse dans les régions glaciales et montagneuses d'Ozalee, le territoire des Horang'is. Vu le temps que va me prendre ce périple, ainsi que la distance que j'aurai à parcourir, inutile de dire que le manque d'eau peut très vite se révéler être un sacré obstacle, dis-je, chassant les feuilles mortes en passant énergiquement ma main sur mes pieds.

Soudainement, un éclair de lucidité me traversa l'esprit, me rappelant ce que j'avais brièvement pensé en apprenant la nature de la profession de ce raccoon... Le cœur empli d'espoir, je relevai la tête vers lui, l'expression de mon visage métamorphosée par ce doute qui me faisait espérer, espérer...

- Mais dis-moi, marchand... Vu que t'es pas du genre sédentaire, t'aurais pas en réserve quelques-unes de ces plantes que je recherche ? demandai-je au commerçant, ma voix tremblante trahissant l'excitation que je ressentais de voir ma quête s'achever peut-être bien plus tôt que prévu...

_______________________________________________
* Étoile d'argent : Surnom de l'edelweiss.
Revenir en haut
Esyro
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 19 Déc - 01:41 (2010)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

L'assurance d'Esyro fit ses frais, Nashoba semblant comprendre bien vite que ses manoeuvres pour l'impressionner ne fonctionneraient guère, et reprendre un ton plus sérieux dans leur discussion. Il commença donc à lui expliquer sa petite histoire, comme quoi les petits de sa tribu étaient très malades, qu'il n'y avait qu'une seule chose qui puisse les sauver, et que donc du coup il était leur seul espoir.

-Oh, je comprends, pauvre petits louveteaux... Quel courage vous avez d'entreprendre ce voyage!

Bien qu'il fit mine d'être attendris par le récit, évitant tout de même la surenchère des yeux humides, le Raccoon était plutôt peu sensible à celui-ci. Non pas qu'il soit sans coeur, mais il savait grâce à sa longue expérience que ce pouvait parfaitement être pure invention, auquel cas le client voulait juste cacher ses véritables raisons sous un voile de bonté, ou bien être la stricte vérité, mais dont il devait se détacher, sous peine d'être influencé dans son négoce, et rater son affaire parce qu'il aurait impliqué des sentiments là-dedans.

Toutefois, le Lycan sembla avoir soudainement une lueur d'espoir, voyant dans ce qui était encore il y a peu un intrus, un potentiel sauveur. Il s'enquit de savoir si le marchand n'avait pas sur lui l'un de ces choses dont il était en quête. Celui-ci dut hélas lui répondre négativement:

- Je vois ce dont vous parlez, malheureusement c'est une plante des plus fragiles, difficile à trouver et encore plus à préserver une fois cueillie. En revanche, je penses être en mesure de vous aider pour votre problème d'outre...

(ps: prends ton temps pour répondre, je vais avoir une semaine chargée)
Revenir en haut
Nashoba
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Déc - 22:09 (2010)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

A mon grand regret, le marchand ne fut pas en mesure de répondre par l'affirmative à ma question concernant l'Étoile d'argent... Dommage, cela m'aurait évité bien des soucis s'il en avait eu quelques-unes en stock. En revanche, il attira mon attention sur le fait qu'il possédât peut-être une solution à mon problème d'outre.

- Ah, vraiment ? Tu m'intéresses, là. Tant pis pour la fleur, j'accomplirai le voyage mais l'outre, je ne peux pas m'en passer. Si tu es en mesure de m'en fournir une, je te donne ma parole de lycan que je ferai tout pour te fournir une contrepartie équitable !

Et j'étais sincère... Je savais que si ce petit raton avait l'outre sur lui, je n'aurais aucun mal à la lui prendre de force mais je savais aussi que, pour un aventurier tel que moi, cela pouvait se révéler intéressant d'être en de bons termes avec un marchand. Je n'avais pas grand-chose sur moi pour faire du troc (et il était hors de question que j'échangeât mon précieux couteau, même contre la plus belle outre du monde) mais en revanche, j'avais l'intime conviction que, chétif comme il est, ce raccoon pourrait être intéressé par mon offre de lui attraper une proie que son manque de force lui interdisait... Un sanglier, par exemple. Cela me semblait honnête... Il aurait même tout à y gagner. Reste à savoir ce que lui en pensait.

- D'ailleurs, à ce sujet... Que pourrais-je te proposer en échange d'une outre neuve ? Y a-t-il quelque chose qui te ferait envie et que je pourrais te fournir ? demandai-je en frottant énergiquement la fourrure de mes mollets, pour les aider à sécher plus vite.


[Désolé, c'est assez court cette fois-ci...]
Revenir en haut
Esyro
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 31 Déc - 18:41 (2010)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

Héhéhé, le Lycan semblait très intéressé par la proposition du Raccoon, et ne montrait aucune hostilité pour l'obtenir d'une quelconque autre manière, chose qui arrivait assez fréquemment avec les grands prédateurs. Le marchandage allait pouvoir se passer dans de bonnes conditions dans ce cas, et Esyro se frottait déjà les mains à l'idée de réaliser le plan qui s'était monté dans son esprit...

-Fort bien, voilà un très bon état d'esprit!

Mais voilà qu'il évoquait le fait qu'il ne possédait rien qu'il serait en mesure de troquer contre cette outre dont il avait tant besoin pour la suite de sa quête. Cela, c'était une évidence qui était venu tout de suite à l'esprit du Raccoon, sitôt qu'il s'était approché plus de ce client. Qu'à cela ne tienne, ce n'était pas des objets qui l'intéressait cette fois, mais bien des services.

-Eh bien, disons que j'ai pu observer vos compétences martiales, et j'aurai une offre à vous faire...

Ménageant ses effets, il marqua une légère pause avant de reprendre.

- Je serai très intéressé par vos services. Vous n'êtes pas sans savoir que la prospérité d'un commerce peut attirer les jalousies, sans compter les gens qui rechignent à payer ce qu'ils ont achetés. J'aimerai pouvoir à l'occasion, vous engager pour m'aider à votre manière à maintenir la pérennité de ce que j'ai construit. Vous seriez payés à chacune de vos interventions évidemment. En clair, je vous proposes mon outre contre un papier dans lequel vous donnerez votre accord pour que je requiert vos services.
Admettons-le, ce ne serait pas cher payé pour vous, pour avoir la chance de sauver les louveteaux de votre meute, n'est-il pas?
Revenir en haut
Nashoba
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 1 Jan - 23:13 (2011)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

Par chance, le raton ne sembla montrer aucune hostilité lorsque je lui annonçai que je n'avais rien à lui échanger dans l'immédiat contre son outre. Un léger sourire, entre-découvrant ses petites dents pointues, naquit sur ses lèvres lorsqu'il me regarda en face avant de prendre la parole.

-Eh bien, disons que j'ai pu observer vos compétences martiales et que j'aurais une offre à vous faire... , commença-t-il.

Mais il s'interrompit avant d'aller plus loin, marquant une courte pause que je pris d'abord pour une hésitation ou une inquiétude quelconque... Deux états d'esprit assez fréquents chez les êtres faibles lorsqu'ils se retrouvent seuls avec un prédateur de mon gabarit. Il n'en fut cependant rien pour le raton, son interruption servant probablement à ménager ses effets de sorte que, mon impatience aidant, je sois plus attentif à la suite de sa proposition...

- ...Je serais très intéressé par vos services. Vous n'êtes pas sans savoir que la prospérité d'un commerce peut attirer les jalousies, sans compter les gens qui rechignent à payer ce qu'ils ont achetés. J'aimerai pouvoir à l'occasion, vous engager pour m'aider à votre manière à maintenir la pérennité de ce que j'ai construit. Vous seriez payés à chacune de vos interventions évidemment. En clair, je vous propose mon outre contre un papier dans lequel vous donnerez votre accord pour que je requière vos services. Admettons-le, ce ne serait pas cher payé pour vous, pour avoir la chance de sauver les louveteaux de votre meute, n'est-il pas ? poursuivit-il, d'un air entendu.

Je ne répondis pas tout de suite... Je me grattai le menton, pensif, en jetant un regard vers la direction qui, selon ma boussole, était celle d'Ozalee. Je me retournai ensuite vers le marchand pour lui faire part de ma réponse.

- Botter des culs, ça n'a jamais été un problème pour moi... J'ai déjà terrassé des nanuqs à mains nues et je ne connais qu'un seul lycan qui puisse physiquement me tenir tête dans mon clan. J'accepte ton offre mais ceci dit, il te faudra attendre que j'aie accompli mon voyage avant de faire appel à mes services. Chaque heure compte, je sais pas combien de temps notre shaman pourra maintenir stable l'état des jeunes de ma meute et leur santé peut se dégrader davantage à chaque minute qui passe, répondis-je d'un air grave.

Sur ces mots, je rechaussai rapidement mes bottes et les repliai jusqu'aux chevilles afin d'éviter que trop de surface n'entre en contact avec ma fourrure encore humide. Je me relevai ensuite, me penchant devant le raton afin de réduire un peu notre différence de taille et je lui tendis la main pour conclure le marché.

- Je signe ton papelard quand tu veux. Mais ne t'attends pas à ce que je devienne ton garde du corps à plein temps, car j'ai pas mal de responsabilités au sein de ma meute en ce moment... Ne viens me trouver qu'en cas de réelle nécessité, compris ?
Revenir en haut
Esyro
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 4 Jan - 01:50 (2011)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

Le lycan sembla se mettre à réfléchir, ce qui fit retenir toute l'attention d'Esyro. Car cet instant était crucial lors d'un négoce, ce moment où le client jugeait les divers paramètres comme il le pouvait, essayant de voir si l'offre qu'on lui faisait pouvait lui convenir ou non, si cela valait le coup, et tout ce qu'il pouvait envisager. C'était dans ses instants que l'on pouvait voir qui pouvait bien se montrer dur en affaire, ou au contraire se laissait totalement faire sans réagir suffisamment.
Une fois cette étape passée, le marchand savait alors si il avait intérêt à conclure la vente, ou continuer à grappiller des bénéfices de diverses manières. Décidément, qu'est-ce que le commerce était excitant, si palpitant! Ah, il l'aimait son métier, ça on pouvait le dire.

C'est alors que Nashoba donna sa réponse, qui s'avéra positif mais avec plusieurs conditions toutefois. Et ses conditions, le Raccoon les avait déjà prévues il fallait dire, se doutant bien que le guerrier voudrait d'abord achever sa quête en priorité. Quand à l'autre, il suffisait juste de savoir comment s'y prendre...

-Fort bien fort bien! Un accord entre deux esprits vifs amènent toujours de grande choses! Commençons donc la rédaction de ce contrat alors.

Il ouvrit alors son manteau, pour en sortir une feuille faite de fibres de végétal enroulée sur elle-même, ainsi qu'une petite pointe de roseau, et un fin pot au fond sombre. Posant la feuille sur un caillou un peu plat, il prit la pointe de roseau entre ses doigts agiles, la faisant tourner un peu.

-Je supposes que vous aimeriez mieux que je l'écrives dans votre langue?
Revenir en haut
Nashoba
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 6 Jan - 11:20 (2011)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

Le raton parut fort satisfait de m'entendre répondre par l'affirmative à sa proposition et, tout sourire, il sortit de son manteau une sorte de rouleau, ainsi qu'un stylet et un petit encrier. Disposant le tout sur le rocher plat qui m'avait servi de siège, il déroula la feuille et fit tournoyer sa pointe de roseau entre ses doigts potelés mais habiles.

- Je suppose que vous aimeriez mieux que je l'écrive dans votre langue ? me demanda-t-il en débouchant son encrier.
- 'Vaut mieux, ouais. Lorsque tu viendras me trouver dans ma meute pour t'aider à régler un problème, il serait préférable que les gardiens que tu croiseras soient capables de lire ce contrat, ça t'évitera de finir en casse-croûte. Après tout, ça serait bête de mourir comme ça alors que tu viendrais justement me voir pour te tirer du pétrin, n'est-ce pas ?, répondis-je en m'accroupissant à côté du raton.

Car après tout, si moi je connaissais maintenant ce raccoon et ne lui ferais aucun mal s'il venait à s'approcher de mon territoire, il n'en allait pas de même pour mes frères lycans, qui verraient en lui un intrus et une proie... Devenir mercenaire ne m'enchantait guère mais, si ça pouvait me permettre de gagner du temps et d'éviter d'avoir à faire un détour pour me procurer une nouvelle outre, je devais le faire ! Et puis, ce n'est pas comme si ce raton allait faire appel à moi pour n'importe quelle petite bêtise, je le lui avais de toute façon bien fait comprendre...
Revenir en haut
Esyro
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 8 Jan - 01:58 (2011)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

Une fois confirmation de la langue faite par Nashoba, Esyro pouvait s'atteler à l'écriture du contrat. Réfléchissant à la tournure que devait prendre ses phrases dans cette écriture, la pointe effleura d'abord timidement le rouleau, avant de s'appuyer dessus plus profondément à mesure que la suite du contrat venait à l'esprit du marchand.
Peu à peu, les caractères formaient des mots, qui s'assemblaient entre eux, pour former des phrases plus ou moins développées, le tout donnant naissance à un texte entier.

Il fallut encore un petit temps au Raccoon pour achever son travail, avant de le présenter enfin au Lycan, convaincu que ce qu'il venait de poser sur ce support conviendrait à son client

-Voici mon cher, je vous laisse lire et relire à votre guise, et si vous êtes d'accord, vous n'aurez plus qu'à mettre votre marque ici.

Il pointa le large espace qu'il avait laissé en bas du rouleau, bien assez grand que pour accueillir ce qui scellerait le contrat. En lisant le document, le guerrier pouvait lire:

Moi, Nashoba, Lycan du clan des Fiers Guerriers de Fares, m'engage à fournir mes services contre paiement au Raccoon Esyro, dit La Fumée, chaque fois qu'il estime absolument nécessaire mon assistance.

Moi, Esyro, dit La Fumée, m'engage à payer les services fournis par Nashoba, Lycan du clan des Fiers Guerriers de Fares, chaque fois que j'estimerai absolument nécessaire son assistance.

Ce contrat fut accepté par Nashoba contre une outre d'eau fournie par Esyro, et ne pourra être rompu qu'avec leurs deux accords.


Il ne restait plus qu'à attendre que le guerrier ne trouver quelque chose à redire, ou n'acquiesce le texte, et qu'il pose sa marque dessus, puis qu'Esyro pose la sienne, et le tout serait scellé.
Revenir en haut
Nashoba
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 14 Jan - 18:07 (2011)    Sujet du message: Un périple qui commence mal... Répondre en citant

Le raton fit encore tournoyer son stylet un bref instant entre ses doigts, l'air de chercher ses mots... Et je le comprenais, car rédiger dans un alphabet étranger peut parfois se révéler ardu, comme je l'avais découvert durant les années passées sous la tutelle de cet humain qui m'avait brièvement adopté lorsque j'étais tout petit. Finalement, mon "sauveur" posa la pointe de sa plume sur le papier et se mit à tracer, d'une écriture d'abord hésitante puis plus assurée, des caractères correspondant à l'alphabet employé par la plupart des lycans. Érudit petit être que ce raccoon car, de ce que je lus par-dessus son épaule, je ne décelai aucune faute apparente, il devait donc maîtriser plusieurs écritures en plus de celle de son peuple... Lorsqu'il eut terminé, il me désigna, satisfait, l'endroit où je devrais apposer ma signature pour sceller notre accord. Je pris le contrat et le lus avec attention, afin de m'assurer qu'il n'y avait aucune embrouille avant de signer n'importe quoi.

- Alors... "Moi, Nashoba"... Nnh, nhh, nhh..., fis-je en parcourant des yeux les lignes de cet accord. Lorsque j'eus fini, je reposai le papier sur la roche et je m'emparai du stylet. « Ça me va, je vais signer... Mais j'aimerais que tu rédiges un second exemplaire de ce contrat, que nous en ayons chacun une copie histoire d'éviter tout risque d'escroquerie, déclarai-je en trempant la pointe du stylet dans l'encrier pour ensuite tracer mon nom à l'emplacement prévu à cet effet.

Lorsque j'eus signé le contrat, je le fis glisser sur le côté afin de l'offrir à la vue du raton. J'en profitai pour tapoter un caractère du bout de la griffe :

- Ah, au fait... Cette lettre ne se trace pas de la même manière selon la sonorité qu'elle exprime. Ça ne change en rien le sens du contrat mais ça se remarquerait fortement à l'oral. T'aurais dû écrire..., dis-je tout en retrempant le stylet dans l'encrier pour tracer délicatement, du bout de la pointe, l'idéogramme correct sur le rocher.

Je rendis ensuite son bout de roseau au raccoon afin qu'il puisse rédiger un autre exemplaire de cet accord. Je ne lui faisais pas vraiment confiance et c'était normal, compte tenu du peu de temps qui séparait notre rencontre de cette signature, associé au fait que je me trouvais dans un état d'esprit quelque peu nerveux en ce moment... Quoiqu'il en soit, ce commerçant semblait indéniablement être une personne intelligente, aussi je doutais tout de même fortement qu'il soit assez stupide pour tenter d'arnaquer un lycan capable de le croquer en deux bouchées.



[HRP : Voilà, désolé de la lenteur de ma réponse !]
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:42 (2017)    Sujet du message: Un périple qui commence mal...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Cérès Index du Forum -> Cérès -> Dezba Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Contrat Creative Commons
Cérès by Arsapin Fanny est mis disposition selon les termes de la
licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.